Illustration Archiwebture

Fiche descriptive

Fonds Adda, Charles (1873-1938). 218 Ifa

Fiche descriptive d'une unité documentaire
EtiquetteContenu de champ

Présentation

Notice biographique

Charles Adda est né en 1873 à Alger et décédé en 1938 à Paris.

Architecte mondain, Adda est le parangon d’une architecture "proustienne", miroir d’une société, de ses goûts, de ses caprices.

Diplômé de l’Ecole des beaux-arts de Paris en 1901, il se forme auprès de Victor Laloux et ouvre sa propre agence au 16, rue Ampère (Paris 17e).

Sa rencontre décisive avec le duc de Quincey l’amène à travailler pour une clientèle aux noms illustres, le duc de Gramont, la comtesse de Greffulhe, le marchand d’art Georges Bernheim, la couturière Jeanne Paquin, pour lesquels il construit de luxueux hôtels particuliers.

Parallèlement, de 1903 à 1914, il réalise de nombreux immeubles de rapport, le plus souvent dans l’Ouest parisien. Les références décoratives sont traditionnelles mais la distribution intérieure de l’espace est moderne.

S’il maîtrise l’éclectisme (voir son propre appartement, rue Ampère, où chaque pièce est conçue dans un style différent), il réalise, avant la première Guerre mondiale, des œuvres empruntant surtout au classicisme.

Charles Adda accorde une place importante à l’installation et à l’agencement de boutiques: il est notamment chargé des nombreuses succursales de la société de confection "Les Cent mille chemises", dont il est actionnaire, ainsi que des magasins de chaussures Raoul (en France et à l’étranger) qu’il aménage, entre 1928 et 1931, dans un pur style Art Déco. Il apporte un soin extrême à la mise en scène de la devanture, au lettrage et à la signalétique. L’aménagement intérieur est sobre, privilégiant la circulation, la marchandise y est mise en valeur... Adda maîtrise parfaitement le code urbain des façades commerciales.

Après la Grande Guerre, Adda édifie à Deauville plusieurs villas de style régionaliste, ainsi que l’une de ses œuvres majeures: l’élégant établissement de bains de mer dit "Bains pompéiens" (1922 et 1929), d’un modernisme tempéré, associant les formes pures du béton et la polychromie des mosaïques.

Devenu, depuis 1919, l’architecte attitré de sociétés hippiques de Paris, il construit la grande tribune en béton armé de l’hippodrome de Longchamp (théâtre de fêtes lumineuses de 1934 à 1938) et plusieurs autres hippodromes en région parisienne.

Associé à son fils Raymond Adda depuis 1932 [voir fonds 228 IFA], il signe avec lui les décors et illuminations des célèbres fêtes de nuit de Longchamp (1934-1938).

Contenu du fonds

Le fonds couvre l'essentiel de la carrière de l'architecte à partir de 1905 environ.

C'est un fonds très complet (plans, dossiers de correspondance et de chantier), et d'un volume important pour la période (avant les années trente essentiellement) et pour le type de commande (plutôt privée, générant souvent moins de volume de documents que la commande publique).

Dans les quatre dernières années de la vie et de la carrière de Charles Adda, de 1934 à 1938, son fils Raymond Adda a travaillé dans son agence, notamment sur les aménagements annuels pour les Fêtes de nuit de Longchamp au bois de Boulogne (très beaux rendus d’ambiance à la craie de couleur sur papier noir).

Période couverte1904-1938
Importance matérielle22,5 ml de dossiers, 9 tiroirs de meubles à plans, 1 ml de rouleaux.
Modalités d'entrée

Fonds donné par la famille de l'architecte à la direction des Archives de France et déposé au centre d'archives de l'Ifa, février-mars 1995.

Lieu(x) de conservationCentre d'archives de l'IFA
Conditions de reproduction

Pas de conditions particulières.

Mentions obligatoires en cas de reproduction

En cas de publication d'un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l'Architecture et du Patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle.», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d'agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l'obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d'archives).

Traitement archivistique

État du traitement

Inventaire complet

Forme de l'instrument de rechercheRépertoire en base de données
Accessibilité

Oui

Conditions d'accès

Il n'y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.

Historique du traitement

Guillaume Marchand et Hervé Ferquel : repérage des dossiers à l'enlèvement des fonds Charles et Raymond Adda, mai 1995.

Le fonds Charles Adda a classé par une étudiante, Magalie Génuite, qui l’a classé et a consacré à l'architecte un mémoire de maîtrise d’histoire de l’art en 1997 (dir. Françoise Hamon, université Paris 4).

En 2003, lors du classement du fonds de Raymond Adda (fils de Charles Adda), quelques dossiers signés Charles Adda ont été retrouvés et intégrés à l'inventaire (boîte 182).

Eric Adda, fils de Raymond Adda, a apporté quelques corrections de détail à l'inventaire en mai 2004.

Auteurs principaux Magalie Génuite (1997); Géraldine Texier-Rideau et Eric Furlan (2003) sous la direction de Sonia Gaubert
Chargé du suivi

Sonia Gaubert

Date de mise à jour2004-05-01
Organisation - Classement

Cotation et conditionnement du fonds:

- 218 Ifa 001-150: boîtes de dossiers (écrits, imprimés, plans pliés),

- 218 Ifa 176-182: boîtes de rouleaux,

- 218 Ifa 201: boîte plate 55 x 65 (photographies),

- 218 Ifa 400-521: pochettes de doc. graphiques (conservées en tiroirs de meubles à plans),

- 218 Ifa 600-626: pochettes de documents hors format.

Les dossiers extraits du fonds Raymond Adda en 2004 complètent des projets déjà identifiés (ADDCH/G/5/6; ADDCH/G/10/4; ADDCH/G/10/6; ADDCH/G/12/3), ou bien informent des projets qui n’avaient pas encore été répertoriés (ADDCH/G/05/8 et ADDCH/G/19/8).

Le contenu des boîtes 11 et 12 n'a pas été inventorié en détail: il s'agit de documents concernant des activités de gestion et entretien d'immeubles.

Éliminations

Le classement ne s’est accompagné d’aucune élimination, étant donné la qualité des projets et des documents d’archives.

Autres sources

Archives de même origine

Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du XXe siècle: fonds Raymond Adda (fils de Charles), 228 IFA (extrait du fonds Charles Adda).

Publications à partir du fonds

Génuite (Magalie). "Charles Adda: architecte mondain du début du XXe siècle". Université de Paris IV-Sorbonne, 1997. (maîtrise d'histoire de l'art contemporain/dir. Bruno Foucart et Fr. Hamon).

"Patrimoines partagés: architectes français au Sud et à l’Est de la Méditerranée: guide de recherches dans les archives de l’Ifa", Colonnes, n° 21, fév. 2003.

Delorme (Franck). "Aux 100 000 chemises de Bordeaux". Revue "Le Festin", n° 57, printemps 2006, p. 128.

Noël (Benoît). "Le manoir du Coudray, dit aujourd'hui des 'Quatre Temps' à Prêtreville", Le Pays d'Auge, n° 2, mars-avril 2001, p. 20-23.

Autres références bibliographiques

Francon (F.) "Devantures de boutiques et installations de magasins", La Construction lyonnaise, 16 avril 1911, t. 27, n° 8,

"Devantures de boutiques et installations de magasins". Paris: Ducher fils, [191?].

Lefol (Gaston). "Petits et grands hôtels particuliers". Paris: Ch. Massin, 1925 (coll. "Bibliothèque documentaire de l'architecte").

Defrance (Henri). "L'habitation normande". Paris: Ch. Massin, 1926 (coll. "L'art régional en France").

Chavance (René). "Nouvelles boutiques: façades et intérieurs". Paris: A. Lévy, 1929.

"Le XVIe arrondissement mécène de l'Art nouveau, 1895-1914: [exposition] février-mars 1984". Paris: Délégation à l'action artistique de la ville de Paris, 1984, p. 79 (44 av. du Président-Wilson).

Haut de page Revenir en haut de la page

Sélection de documents appartenant au fonds En cas de reproduction