Illustration Archiwebture

Fiche descriptive

Fonds Arretche, Louis (1905-1991). 112 Ifa

Fiche descriptive d'une unité documentaire
EtiquetteContenu de champ

Présentation

Notice biographique

Louis Arretche est né en 1905 à Saint-Justin dans les Landes et mort en 1991.

Il entre en 1923 à l’école des Beaux-Arts dans l’atelier de Georges Gromort, et travaille en même temps dans les agences de Roux-Spitz et d’Expert.

Son diplôme obtenu en 1934, il reste à l’école en tant que chef d’atelier auprès de son ancien professeur. Son influence comme enseignant est considérable. L’atelier Gromort-Arretche devient le principal atelier de l’école des Beaux-Arts, d’où sortiront, parmi beaucoup d'autres, Pierre Riboulet, Gérard Thurnauer, Jean-Louis Véret, Bernard Huet, Henri Gaudin, Philippe Panerai et Jean Castex. Après 1968, il continue son enseignement à l’UP3 à Versailles, jusqu’en 1977.

Sa carrière d’architecte commence vraiment à la Libération avec les reconstructions de Coutances, Saint-Malo, Rouen. A Saint-Malo, il donne l’un des exemples les plus typiques de la reconstruction "à l’identique", qui reprend les anciens tracés urbains en les régularisant et redonne aux bâtiments leur aspect traditionnel. De la même façon, il recompose des séquences traditionnelles dans le centre de Rouen en exploitant la particularité des façades médiévales à pan de bois, préfabriquées, donc déplaçables.

Par la suite, il cumule les responsabilités, travaillant pour des maîtres d’ouvrages publics comme privés, avec une agence relativement restreinte – dépassant rarement 25 personnes – dirigée jusqu’à la fin par Roman Karasinsky.

Architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux à partir de 1955, il reçoit la commande de nombreux édifices publics pour les ministères des Postes ou des Finances, ou de l'Education nationale (universités de Rennes et de Nantes).

Dans les années soixante et soixante-dix, il édifie à Rouen de nombreux immeubles d’habitation dans le quartier de Saint-Ouen, et projette sur l’une des places les plus sensibles de la ville, la place du Vieux-Marché, une église (achevée en 1979) dédiée à Jeanne-d’Arc.

Urbaniste et urbaniste-conseil des villes de Rennes, Rouen, Cachan, Orléans (La Source), de l’opération des Halles ou des abords de la gare de Lyon à Paris, il est responsable de vastes opérations de rénovation urbaine ("Le Colombier" à Rennes, "Centre 2" à Saint-Etienne, etc.).

Contenu du fonds

Le fonds retrace largement la carrière de Louis Arretche. On y retrouve la trace de ses premiers travaux (collège de jeunes filles à Blois en 1939, participation avec Michel Roux-Spitz à un projet de rénovation de l’îlot insalubre n° 16 à Paris en 1943, etc.).

Les dossiers de reconstruction de Coutances et surtout de Saint-Malo, reconstruction à laquelle son nom est le plus souvent attaché, sont riches en documents graphiques.

Ses commandes publiques (pour les ministères des Postes et des Finances, universités de Rennes et de Nantes) ont généré un important volume d’archives, de même que ses missions d'urbaniste conseil.

En revanche, les 20000 logements construits parfois en lien avec ces opérations d'urbanisme ont laissé beaucoup moins de traces dans les archives.

Enfin, quelques projets publiés dans la presse architecturale ou connus pour appartenir à Arretche ne sont pas représentés du tout dans les archives de son agence.

L’inventaire compte 380 projets, plus ou moins bien documentés: 100 dossiers pour l’église Sainte-Jeanne-d’Arc de Rouen; un unique calque, parfois difficilement identifiable, pour certaines maisons individuelles.

De même, la longue activité d’enseignant de Louis Arretche n’est représentée que par des programmes, quelques comptes rendus de réunions avec les enseignants, des projets de réforme vers 1968-1970 et un peu de documentation.

Tous les types de documents contenus généralement dans les archives d’architectes sont présents dans ce fonds. Les documents graphiques sur calque comme les tirages papier sont largement représentés, tant pour les phases de conception (esquisses, études, avant-projets) que d’exécution (plans d’architecte, de bureaux d’études et d’entreprises). En revanche, les dossiers de pièces écrites, la correspondance ou les photographies ne documentent de manière significative que quelques-uns des principaux projets de l’architecte, et sont très lacunaires, voire inexistants, pour la plupart des autres projets.

Période couverte1944-1991
Importance matérielle43 ml d’archives, 40 ml d’étagères à rouleaux, 4 tiroirs de meuble à plans, 3 maquettes.
Modalités d'entrée

Les archives de l’agence de Louis Arretche ont été données à la direction des Archives de France et déposées à l’Ifa du vivant de l’architecte, lors du déménagement de son agence de la rue Jules-Chaplain à la rue Notre-Dame-des-Champs en 1989. Après sa mort, en 1992, puis le déménagement de ses archives dans le 12e arrondissement pour le chantier du pont Charles-de-Gaulle, un complément a été donné par son chef d’agence Roman Karasinski.

Lieu(x) de conservationCentre d'archives de l'IFA
Conditions de reproduction

Pas de conditions particulières.

Mentions obligatoires en cas de reproduction

En cas de publication d'un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d'agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l'obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d'archives).

Traitement archivistique

État du traitement

Inventaire complet

Forme de l'instrument de rechercheRépertoire en base de données
Accessibilité

Oui

Conditions d'accès

Il n'y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.

Historique du traitement

Frédérique Ponge-Dennis et Julien Watrin : classement et inventaire, janvier à juin 2002.

Eric Furlan : préparation, inventaire, suivi et corrections, décembre 2001 à août 2002.

Auteurs principaux Frédérique Ponge-Dennis, Julien Watrin, Eric Furlan sous la direction de Eric Furlan et David Peyceré
Chargé du suivi

Eric Furlan et David Peyceré

Date de mise à jour2002-08-08
Organisation - Classement

Le fonds ayant été conservé en vrac pendant dix ans, sans qu’aucun repérage ait été fait à l’enlèvement ni à la réception, un dossier documentaire a d’abord été établi afin d'élaborer une liste des projets que le fonds pouvait renfermer (voir bibliographie).

Le classement a employé trois personnes (dont deux à mi-temps) pendant six mois, plus deux semaines pour la constitution du dossier documentaire et un mois pour la relecture. Les informations ont été saisies directement dans la base de données, sans l’intermédiaire de fiches manuscrites.

L’appellation "projet", parfois utilisée par l’agence, correspond à un ensemble de documents à différentes échelles, mêlant semble-t-il des plans complémentaires d’avant-projet et des plans d’exécution.

Les documents graphiques qui paraissaient les plus intéressants d’un point de vue esthétique – ainsi quelques calques endommagés très fragiles – ont été déroulés pour une conservation à plat dans des pochettes en terphane.

Des mentions ont été ajoutées dans le champ “commentaires” des fiches Objets renvoyant de l’inventaire du fonds IFA à l’objet correspondant dans le fonds de l’Académie (258 AA).

Constitué, à l’origine, d’environ 1500 tubes et de 4 cantines métalliques (rouleaux de calques) ainsi que de 132 caisses (tirages pliés, pièces écrites, correspondance et photographies), le fonds, une fois traité, se répartit de la manière suivante:

- 112 IFA 0001-0200 et 112 IFA 0997-0999: boîtes de rouleaux;

- 112 IFA 0300 à 0302: maquettes (Sainte-Jeanne-d'Arc, piscine Vaugirard, jardin des Halles);

- 112 IFA 0500-0552: pochettes de doc. graphiques;

- 112 IFA 0700: pochette de doc. graphiques hors format;

- 112 IFA 1000-1289: boîtes de dossiers (écrits, imprimés, plans pliés);

- 112 IFA 1500: boîtes (photographies);

- 112 IFA 1510: boîtes plates 55 x 65 (photographies).

Éliminations

Compte tenu du volume considérable des archives, le fonds a donné lieu à d’importantes éliminations :

- pour les projets difficiles à identifier ou très peu documentés, les projets d’aménagement ou de transformations de faible envergure, on a retenu le parti de toujours en conserver une trace, aussi limitée que possible;

- pour les projets plus largement documentés et moins anodins, seuls les documents relatifs au projet final (permis de construire approuvé et/ou dossier de consultation des entreprises) ont été conservés.

- les projets ayant fait l’objet d’une publication ou ayant déjà retenu l’attention des chercheurs, et notamment les participations à des concours, ont fait l’objet d’une plus grande attention. Dans ces cas, les esquisses, les dossiers de permis de construire ou d’avant-projet successifs (quand ils témoignent de modifications notables), les dossiers de consultation des entreprises, les documents d’exécution des structures (et éventuellement des finitions) ont été conservés.

Les tris et éliminations de cette troisième catégorie correspondent donc au tableau de gestion publié dans La Gazette des archives (n° 190-191, 3e et 4e trimestres 2000), et se limitent pour l’essentiel à l’élimination des plans d’exécution de plomberie et d’électricité, ce qui constitue néanmoins un volume assez important.

Quant aux documents présents à la fois sous forme de calques et de tirages, il a souvent été difficile de n’en conserver qu’une seule série, certains documents pouvant varier de l’une à l’autre.

Finalement, près de 40% des documents conservés en caisse (surtout des tirages d’exécution) et environ 20% des rouleaux ont été éliminés. La quantité de boîtes d'archives est ainsi passée de 73 ml à 43 ml.

Autres sources

Archives de même origine

Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du XXe siècle: fonds Louis Arretche, n°258 AA (dépôt de l'Académie d'architecture).

Autres sources d'archives

Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du XXe siècle fonds des Dossiers d'œuvres de la direction de l'Architecture et de l'Urbanisme, 133 IFA, dossier DAU n° 367 (cotes 133 IFA 11/3).

Publications à partir du fonds

Roze (Thierry). "Louis Arretche: 1905-1991". Paris: Université Paris I, 1997 (mémoire de DEA).

Delorme (Franck). "Less is more for Lillet [stand de dégustation pour l'entreprise Lillet]". Revue "Le Festin", n° 59, automne 2006.

Carena (Laëtitia). "Le réaménagement de la place du Vieux-Marché à Rouen, l'église Sainte-Jeanne-d'Arc, Louis Arretche, 1979". Paris-X, 2006 (Master 1, dir. Thierry Dufrêne).

Bouillet (Lorianne). "Saint-Malo : transformations urbaines et choix patrimoniaux, de 1944 aux années 2000". Paris-IV, 2011 (Master 2, dir. Simon Texier).

Autres références bibliographiques

"Restaurant universitaire de Rennes-Beaulieu", Techniques et architecture, n°1, oct. 1969, p. 122.

Genty, "Dernier pont de Paris", L'Architecture d'aujourd'hui n°260, déc. 1988, p. 8-22.

"Neuf ponts pour un pont neuf: le concours du Pont Genty à Paris", Techniques et architecture, n°382, fév.-mars 1989 p. 90-97.

"Louis Arretche: mort d'un maître", Le Moniteur des TPB, n° 4600, 24 janv. 1992, p. 92-94.

Blanchot (Yvon), "Rebâtir la Cité malouine: une ville historique détruite par la guerre", Ar Men, n° 59, mai 1994, p. 2-20.

"La Façade c'est la coupe: siège de la SNCF", Architecture intérieure, CREE, n° 289, 1999, p. 110-113.

Roche (Michel), "Pont Charles-de-Gaulle, l'ouvrage mixte renouvelé", Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment, n°4801, 1 déc. 1995, p. 62-63.

Blain (Catherine). "L'atelier de Montrouge: 1958-1981: prolégomènes à une autre modernité". Paris: Université Paris VIII, 2001 (thèse de doctorat).

Quinton (Maryse), "Yves-Marie Maurer et Lionel Orsi, bibliothèque universitaire, Rennes", AMC-Le Moniteur, n°147, nov. 2004, p. 65-67.

Lamarre (Francois), "Horizon marin", Empreinte, n°58, janv.-mars 2003, p. 34-35

Voir aussi le dossier documentaire constitué au Centre d'archives de l'Ifa (en vue du classement du fonds): dépouillement non exhaustif de la presse architecturale des années 1950 aux années 1980. 188 p., ill. noir (cote: M/ARRLO/1904/L).

Haut de page Revenir en haut de la page

Sélection de documents appartenant au fonds En cas de reproduction