Illustration Archiwebture

Fiche descriptive

Fonds Bruyère, André (1912-1998). 407 Ifa

Fiche descriptive d'une unité documentaire
EtiquetteContenu de champ

Présentation

Notice biographique

André Bruyère (André Bloch-Nathan de son vrai nom) est né à Orléans en 1912 et décédé à Paris le 12 avril 1998.

Diplômé de l'Ecole spéciale d'architecture en 1934, il travaille chez Emile Aillaud et chez André Ventre jusqu’à la guerre (notament le Pavillon de l’élégance et de la parure, à l’Exposition internationale des arts et techniques de Paris de 1937). Il participe au réseau Bertrand (FFI) ; après la Libération il travaille dans la mouvance des organisations liées à la Résistance et à la déportation (plusieurs monuments). André Bruyère coordonne le deuxième numéro de L’Architecture d'aujourd'hui (été 1945, consacré aux Solutions d'urgence) et sera membre du comité de rédaction de la revue jusqu'en mai 1975, lorsque la vieille garde de l'après-guerre en démissionnera. Parmi les techniques de construction d'urgence, il travaille sur la fusée-céramique, inventée par Jacques Couëlle juste avant la guerre et qui permet la réalisation économique de voûtes aux courbes paraboliques.

Il conçoit au début des années soixante plusieurs hôtels et complexes pour la Société des bains de mer de Monaco, souvent non réalisés (parmi les quelques réalisations, il faut mentionner la surélévation de l'hôtel de Paris à Monte-Carlo). Pour d'autres promoteurs, il construit l’hôtel La Caravelle à la Guadeloupe et le centre de thalassothérapie de Quiberon, caractérisés par la plasticité et les formes libres et dynamiques, notamment grâce aux voiles minces de béton étudiés avec l’ingénieur Henri Trezzini. Il élabore des agences bancaires pour la BNP (certainnes agences sont encore çà l'enseigne de la BNCI) dans toute la France, d’où est bannie toute orthogonalité. Il construit ou projette de nombreux logements, individuels ou collectifs, bâtiments d’activité et bâtiments hospitaliers, où la courbe domine toujours. Son gratte-ciel en forme d’œuf, étudié avec plusieurs ingénieurs et constructeurs donc Jean Prouvé, est d’abord projeté pour le concours du Centre Georges-Pompidou (nommé Plateau Beaubourg dans la liste d'œuvres), puis proposé ailleurs (New York, Beausoleil, Marseille).

André Bruyère a incarné une sensibilité singulière, attachée à l'expression de la sensualité et à la quête d'un certain merveilleux. Il compte parmi les architectes français importants mais mal connus – aucune monographie n'a été publiée sur lui –, et parmi les plus singuliers.

Principaux projets et réalisations:

- Cérémonie à la mémoire des victimes du nazisme, Royallieu, Compiège : éléments de scénographie (1946);

- Monument national aux victimes des guerres 1939-1945 (projet, 1946);

- Centre de postcure et théâtre du club Jean Moulin pour la Fédération nationale des déportés et internés résistants patriotes, Fleury-Mérogis (1948);

- Monument français du camp de Mauthausen (1949);

- Chaufferie centrale des parfumeurs, Grasse (avec Jean Prouvé, 1960);

- nombreuses agences bancaires pour la BNCI (après BNP) à partir des années 1960.

- Hôtel La Caravelle, La Guadeloupe (1961);

- Laboratoire de mécanique physique électronique, faculté des Sciences de Paris, Université de Paris VI, Saint-Cyr-l'Ecole (1966);

- Centre de thalassothérapie, Quiberon : extension (1967),

- Ensemble de logements Les Astragales, Sausset-les-Pins (1966-1969);

- L’Œuf (concours Plateau Beaubourg, projet 1971, puis New York (projet 1978), Beausoleil (projet 1995) et Marseille(projet 1996);

- Immeuble rue de Bagnolet, Paris 20e (1989),

- Pavillons L'Orbe, hôpital Charles-Foix, Ivry-sur-Seine (1987-1991);

- Pavillons L'Orée, hôpital Charles-Foix, Ivry-sur-Seine (projet 1991).

Contenu du fonds

Le fonds couvre l'ensemble de la carrière d'André Bruyère, mais semble incomplet, sans qu'on sache précisément si des éliminations ont été effectuées volontairement. Il ne comporte pratiquement pas de pièces écrites. Il contient essentiellement des documents graphiques, des photos (notamment de Clovis Prévost), des dossiers de recherches théoriques ou liées aux publications, un très petit nombre de maquettes.

Quelques dactylogrammes inédits sont restés dans la famille.

Période couverte1946-1998
Importance matérielle5 ml de dossiers, 3 tiroirs de meubles à plans, 2 ml de rouleaux, une boîte de photos, 7 maquettes.
Modalités d'entrée

Don par les filles de l’architecte à la direction des Archives de France (entrée numéro DAF 09/81) et dépôt au centre d'archives de l’Ifa en mai 2009.

Historique de la conservation

Le fonds a été conservé dans l'agence de l'architecte, sans aucune intervention, pendant une dizaine d'années après son décès, jusqu'au don à la direction des Archives de France.

Lieu(x) de conservationCentre d'archives de l'IFA
Conditions de reproduction

Pas de conditions particulières.

Mentions obligatoires en cas de reproduction

En cas de publication d'un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l'Architecture et du Patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d'agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l'obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d'archives).

Traitement archivistique

État du traitement

Inventaire complet

Forme de l'instrument de rechercheRépertoire en base de données
Accessibilité

Oui

Conditions d'accès

Il n'y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.

Historique du traitement

David Peyceré, Vlada Filhon, Riad Lallali et Nolwenn Rannou (avec le concours de Florence Allorent): repérage à l'enlèvement du fonds, mai 2009.

Marcos Carvalho-Canto: inventaire, 2010-2011.

Auteurs principaux Marcos Carvalho-Canto sous la direction de David Peyceré
Chargé du suivi

David Peyceré

Date de mise à jour2012-06-28
Éliminations

Aucune élimination significative n'a été pratiquée.

Autres sources

Archives de même origine

Centre Pompidou, CCI: dessins, maquettes et photomontages donnés par l'architecte et concernant le club du centre Jean-Moulin à Fleury-Mérogis, le monument à Gabriel Péri, la chapelle à São Paulo, la "Chaussette", le village polychrome sur la Côte d'Azur, le laboratoire d'électronique d'Orsay, le Centre Pompidou, L'Œuf.

Autres sources d'archives

Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du XXe siècle: fonds des Dossiers d'œuvres de la direction de l'Architecture et de l'Urbanisme, 133 IFA, dossier DAU n° 50 (cote 133 IFA 49/2).

Publications à partir du fonds

Benalloul (Gabriel). "La chaufferie centrale des parfumeurs à Grasse : André Bruyère et Jean Prouvé". Grasse : service Ville d'art et d'histoire, mairie de Grasse, avril 2011 [photocopies].

Autres références bibliographiques

Sabbah (Rafaèle), "André Bruyère, architecte : la face cachée", tome 1, Montpellier : mémoire de maîtrise, 1996-1997, 108 p. + sources

"Hôtel en Guadeloupe", "Techniques et architecture", n° 1, 1963, p. 8-13

Baladier-Bloch (Isabelle) et Younès (Chris), "Le secret à l'œuvre avec l'architecte André Bruyère", "Sigila", n° 28, automne-hiver 2011, p. 79-90 (cl. revues diverses)

Haut de page Revenir en haut de la page

Sélection de documents appartenant au fonds En cas de reproduction