Illustration Archiwebture

Fiche descriptive

Fonds Camelot, Robert (1903-1992). 276 AA

Fiche descriptive d'une unité documentaire
EtiquetteContenu de champ

Présentation

Notice biographique

Robert Camelot est né à 1903 à Reims, et décédé en 1992 à Paris.

Architecte et urbaniste établi à Paris, il est actif de 1932 à 1977.

Entré en 1920 à l’École des beaux-arts de Paris, Robert Camelot travaille dans l’agence de Pierre Patout à partir de 1924. De 1931 à 1932, il voyage aux Etats-Unis et au Canada, et remplace pendant un semestre Jacques Carlu en tant qu’enseignant au MIT, à Cambridge (1931-1932). De retour à Paris, il suit les cours de Jacques Gréber à l’Institut d’urbanisme, avant d’obtenir le second grand prix de Rome en 1933, dans l’atelier d’Emmanuel Pontremoli. Il s’installe la même année, en association avec Jacques et Paul Herbé. Ensemble, ils construisent l’école professionnelle de jeunes filles de Beaune (Côte-d’Or, 1933-1935). Hygiène, air pur, lumière, soleil, plan ouvert sont les mots d’ordre suivis par les architectes, attachés pendant le chantier à l’utilisation de matériaux locaux, dont ils exaltent la texture. Ce souci de marier forme moderne, plan rationnel et amour du métier se retrouve au pavillon de la Manufacture nationale de céramique de Sèvres à l’Exposition universelle de Paris en 1937 (décoration en collaboration avec les peintres Marcel Gromaire et Jean Lurçat et avec les sculpteurs Henri Laurens et Ossip Zadkine), au pavillon de la France à la Foire de Zagreb et dans celui de l’Exposition universelle de New York en 1939. Après la Seconde Guerre mondiale, qui marque la fin de l’agence Camelot-Herbé, Camelot cumule les responsabilités officielles et enseigne à l’École des beaux-arts (à partir de 1957). En tant qu’urbaniste, il participe aux premiers plans du quartier de La Défense (« le Manhattan français »), à partir de 1958, et conçoit ceux de Lisieux et de Reims. En tant qu’architecte, Camelot est coauteur (avec Zehrfuss et de Mailly, en collaboration avec Nervi et Prouvé), en 1958, du Centre national de l’industrie et des techniques (CNIT), grand palais d’exposition de plan triangulaire libre de tout point d’appui, couvert d’une double coque cloisonnée en béton armé, en forme de paraboloïde hyperbolique, établie selon les principes définis par l’ingénieur Nicolas Esquillan. Avec la reconstruction, en 1959, du bâtiment de l’Agence France Presse (Paris 2e, avec Jean-Claude Rochette), bâtiment au programme typiquement moderne situé en face de la Bourse, Camelot signe un bâtiment manifeste d’une nouvelle architecture en centre historique, qui joue sur le contraste afirmé entre le bâti ancien et l’architecture contemporaine, largement apprécié et imité en France par la suite.

Ragot (Gilles). « Dictionnaire de l’architecture du XXe siècle». Paris: Ifa; Hazan, 1996, p. 168.

Contenu du fonds

Quelques albums et dessins: travaux à l'Ecole des beaux-arts, projets de restauration d'édifices anciens, "Paris capitale de l'Europe" et CNIT à La Défense.

Importance matérielle4 albums, quelques dessins à plat, 4 rouleaux de plans.
Modalités d'entrée

Dépôt de l'Académie d'architecture en février 2000 (convention de dépôt du 7 mars 2001).

Historique de la conservation

Don (sans doute de l'architecte) à l'Académie d'architecture, avant 2000.

Lieu(x) de conservationCentre d'archives de l'IFA
Conditions de reproduction

Pas de conditions particulières.

Mentions obligatoires en cas de reproduction

En cas de publication d'un document, les mentions obligatoires sont «Académie d'architecture/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d'agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l'obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d'archives).

Traitement archivistique

État du traitement

Repérage complet

Forme de l'instrument de rechercheRépertoire en traitement de texte
Accessibilité

Oui

Conditions d'accès

Il n'y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.

Fonds non inventorié mais de volume réduit: accessible à la consultation.

Organisation - Classement

Repérage traitement de texte initial réalisé par l'Académie d'architecture (cf. rubrique Contenu du fonds).

Éliminations

Aucune élimination n'a été pratiquée.

Autres sources

Archives de même origine

Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du XXe siècle: fonds Robert Camelot, 40 IFA.

Autres sources d'archives

Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du XXe siècle:

- fonds des Dossiers d'œuvres de la direction de l'Architecture et de l'Urbanisme, 133 IFA, dossiers DAU n° 19 (cotes: 133 IFA 51/14 et 502/22);

- fonds des collaborateurs de R. Camelot, notamment les fonds Paul Herbé, 88 IFA et 306 AA, fonds Bernard Zehrfuss, 358 AA, Bernard Laffaille, 206 IFA, etc.

Archives municipales de Reims: fonds Paul Herbé, 66 W.

Publications à partir du fonds

"Patrimoines partagés: architectes français au Sud et à l’Est de la Méditerranée: guide de recherches dans les archives de l’Ifa", Colonnes, n°21, fév. 2003.

Franck Delorme, « Vacances l’esprit léger au Cap-Ferret », in "Le Festin", n° 73, p. 110.

Autres références bibliographiques

Voir notice biographique en fichier associé.

Haut de page Revenir en haut de la page