Illustration Archiwebture

Fiche descriptive

Fonds Forestier, Pierre (1902-1989). 063 Ifa

Fiche descriptive d'une unité documentaire
EtiquetteContenu de champ

Présentation

Notice biographique

Pierre-Louis-Moïse Forestier est né le 21 novembre 1902 dans une famille aveyronnaise très marquée par la tuberculose, et décédé le 13 décembre 1989. Au cours de ses études secondaires, qu’il effectue à Paris, il côtoie les milieux hygiénistes et rencontre ainsi le père de son futur principal commanditaire, le docteur Hazemann.

Il entre à l'ENSBA en 1922, à l’atelier Gromort, puis à l’atelier du Palais de bois (dirigé par Auguste Perret). Il y fait la connaissance de futurs collaborateurs: Ernö Goldfinger et André Sive. Il suit en parallèle des cours à l'Institut d'urbanisme de l’université de Paris. Forestier n’est diplômé par le Gouvernement qu’en 1934, alors qu’il a déjà fait ses preuves dans la profession.

Perret le recrute et l’envoie à Alger collaborer à quelques grands chantiers qu’il mène en tant qu’entrepreneur avec l’architecte Jacques Guiauchain: c’est lui qui calcule la structure — de première importance — du Gouvernement général d’Algérie. Il est également l’auteur de la maison de l’Agriculture en 1928.

Fort de cette expérience, il est chargé par le Dr Hazemann, militant communiste proche d’Henri Sellier, d’un énorme projet, la cité sanitaire de Clairvivre, soutenu à la fois par des personnalités de l’hygiénisme social et par une fédération d’anciens combattants politiquement à gauche, la Fédération nationale des blessés du poumon.

La cité de Clairvivre, sorte de super-sanatorium dans un site de 50 ha dans le nord de la Dordogne, est dessinée, conçue et construite entre 1930 et 1933, et abondamment commentée à l’époque. Cité modèle de la lutte contre la tuberculose, cité autonome inspirée par le socialisme utopique (pas de propriété privée), elle est entièrement définie par les principes hygiénistes, et d’autre part presque entièrement portée par des structures en béton armé apparentes, reflet de l’enseignement de Perret.

Pierre Forestier en reste l’architecte jusque dans les années 1980.

Forestier mène cependant une carrière riche et variée commençant juste avant la guerre pour la mairie d’Orléans, puis, dans l’après-guerre, pour le ministère des Postes dans le val de Loire. Il élabore aussi de nombreux ensembles hospitaliers (il devient l’architecte de l’INSERM en 1955). Il travaille en Afrique, à Alger et à Dakar, au tournant des années cinquante, dans une époque d’intense renouveau des formes et des techniques. Enfin, son attention se porte à la même époque sur les plans types (notamment d’hôpitaux), sur la notion de plans évolutifs et d’habitat cellulaire, et à la recherche d’une structure basée sur l’angle à 120° pouvant servir à l’édification de n’importe quel bâtiment (maison « Hexacore » à Buthiers, Seine-et-Marne, villa à Cadaquès, vers 1954-1960).

Fiche biographique et bibliographique complémentaire

Contenu du fonds

Le fonds est d’un volume assez modeste en regard de l’importante production de l’architecte. Nombre de projets n’y sont pas représentés (cf. liste d'œuvres présentée dans le fichier biographique en annexe). La période de formation de Forestier n’est pratiquement pas représentée: les premiers projets documentés sont des dispensaires pour la FNBPC en 1930 et un concours pour un groupe scolaire à Bagneux. La cité sanitaire de Clairvivre est particulièrement bien illustrée; les projets sont mieux documentés à partir des années cinquante. Le fonds contient peu de documents de présentation, mais contient une riche iconographie photographique (8 boîtes de photographies). Sur 180 projets environ, de 1924 à 1987, une quinzaine concernent l'Algérie, une trentaine le dép. du Loiret, et à peu près autant Paris et la région parisienne.

Période couverte1924-1984
Importance matérielle8 ml de dossiers et photos, 1 tiroir de meuble à plans, 1 boîte de rouleaux.
Modalités d'entrée

Fonds donné à la direction des Archives de France et déposé au centre d'archives de l'Ifa en novembre 1988.

Lieu(x) de conservationCentre d'archives de l'IFA
Conditions de reproduction

Pas de conditions particulières.

Mentions obligatoires en cas de reproduction

En cas de publication d'un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d'agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l'obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d'archives).

Traitement archivistique

État du traitement

Repérage complet

Forme de l'instrument de rechercheRépertoire en base de données
Accessibilité

Oui

Conditions d'accès

Il n'y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.

Historique du traitement

Hervé Guillemain : repérage, 1989-1990.

Sonia Gaubert : mise en forme, premières vérifications et saisie dans la base Archivecture, juin 2000.

Auteurs principaux Hervé Guillemain, Sonia Gaubert sous la direction de Gilles Ragot
Chargé du suivi

Gilles Ragot

Date de mise à jour2000-06-30
Organisation - Classement

Le fonds n'est que repéré : lors de l'inventaire, les descriptions des projets et des documents seront complétées et le fonds sera entièrement reclassé (induisant une nouvelle cotation des dossiers et sous-dossiers...).

Cotation et conditionnement (provisoire):

- 63 IFA 0001-0454: boîtes de doc. (jusqu'à 26 x 37 cm);

- 63 IFA 0458-0467: boîtes de rouleaux;

- 63 IFA 0500-0516: pochettes de doc. (jusqu'à 90 x 125 cm);

- 63 IFA 1000-1134: photos d'archives (boîtes jusqu'à 26 x 37 cm).

Éliminations

Aucune élimination n'a été pratiquée.

Autres sources

Autres sources d'archives

Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du XXe siècle, voir notamment le fonds Perret, 535 AP (travaux de Forestier en Algérie).

Publications à partir du fonds

Moreau (Pierre). "Cité de Clairvivre Salagnac (Dordogne), 1931-1933 par l'architecte Pierre Forestier". Université Bordeaux-III, 1993. 4 vol. (mémoire de maîtrise).

Moreau (Pierre), "La cité sanitaire de Clairvivre à Salagnac", Le Festin, n° 15, oct. 1994, pp. 15-25.

Moreau (Pierre). "Clairvivre, une ville à la campagne". Paris: Le Linteau, 2002 (200 p., ill. noir).

Bossavie (Cécile). "La Forme et la règle: régler le rapport de l'individu à la communauté; l'exemple de la cité sanitaire de Clairvivre (Pierre Forestier, architecte, 1933)". Paris: Ecole d'architecture de Paris-Belleville, 2002, 60 p. (mémoire).

Delorme (Franck). "Dîner sur l'eau à la cité Clairvivre". Revue "Le Festin", n° 56, hiver 2006, p. 112.

Filmographie:

Peynichou (Gabriel); Viera (José). "Clairvivre, enquête sur une utopie". France 3, Lilith et Chamaerops productions (VHS 52 mn).

[Concernant Clairvivre, voir aussi les références citées en commentaire du chapitre correspondant dans l'inventaire].

Autres références bibliographiques

Cf. bibliographie dans fichier (pdf) associé.

Haut de page Revenir en haut de la page

Sélection de documents appartenant au fonds En cas de reproduction

Documents liés au fonds