Illustration Archiwebture

Fiche descriptive

Fonds Hourlier, Jean-Baptiste (1897-1987). 151 Ifa

Fiche descriptive d'une unité documentaire
EtiquetteContenu de champ

Présentation

Notice biographique

Jean-Baptiste Hourlier est né le 16 octobre 1897 à Paris et décédé le 16 mars 1987 à Saint-Germain-en-Laye.

Elève de l’atelier Defrasse et Madeline à l’Ecole des beaux-arts de Paris, il remporte le premier Grand Prix de Rome en 1923 et en 1926 le prix Guadet pour son projet de diplôme. Pensionnaire de l’Académie de France à Rome jusqu’en 1931, il établit un projet de restauration de la ville de Sienne au moyen-âge pour son envoi de dernière année et obtient pour cette œuvre, en 1932, la médaille d’honneur du Salon des artistes français.

Entre 1923 et 1968, il participe à de nombreux concours publics. Il remporte le premier prix et l’exécution aux concours pour les groupes scolaires de Fontainebleau (1931), de Blois (1934), et d’Antony (1935); en 1955, lors du concours de l’opération Million, il obtient la commande de cent logements HLM à Saint-Germain-en-Laye; il remporte un 3e prix au concours de façades d’immeubles organisé par la ville de Paris (1923); un 2e prix au concours de l’Institut d’aveugles de Buenos Aires (1925); une mention au concours pour le monument de Christophe Colomb dans l’île de Saint-Domingue (1929); un 3e prix au concours de l’hôtel de ville de Saint-Maur (1931); une mention encore au concours de l’hôtel de ville de Puteaux (1932); un 5e prix au concours de la cité hospitalière de Lille (1933); un 2e prix au concours du monument de la Gendarmerie à Versailles (1936); un 4e prix au concours de la Maison nouvelle organisé par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (1947); enfin, un prix au concours ouvert par le District de la région de Paris et le ministère de l’Education nationale pour l’université de Villetaneuse (1968).

Nommé architecte de la reconstruction dans l’une des villes les plus sinistrées par les bombardements alliés, Lorient, il y travaille aux côtés d’un architecte en chef assez peu impliqué. C’est peut-être pourquoi la reconstruction de Lorient ne brille ni par un urbanisme particulièrement audacieux, ni par l’affirmation de son architecture: on y trouve par contre une succession d’espaces et d’édifices agréables, dont certains — au premier chef l’église Saint-Louis, de Hourlier — comptent parmi les monuments de l’époque. Jean-Baptiste Hourlier avait consacré son envoi de Rome à la Sienne médiévale, en un temps où les architectes en séjour à Rome se concentraient encore presque tous sur l’Antiquité; il reconstitue avec la place Alsace-Lorraine une ambiance de place ordonnancée à l’échelle d’une petite ville. Son projet, bien lisible sur cette perspective, retient dans la modénature la leçon d’Auguste Perret, le "maître" qui au même moment reconstruit Le Havre, mais adapte harmonieusement l’urbanisme monumental de Perret.

Travaillant à Lorient entre 1946 et 1952, il participe ensuite à la reconstruction de la ville de Saumur entre 1945 et 1954.

Avec Ivan Gury, son gendre, il construit de nombreux groupes scolaires et, entre 1956 et 1963, des immeubles HLM dans la région parisienne pour la société immobilière Le Foyer du fonctionnaire. Pour l’EPAD enfin, il construit deux immeubles-tours à La Défense entre 1970 et 1973.

Nommé architecte des bâtiments civils et palais nationaux, il sera en charge successivement à Paris, jusqu’en 1963, du dépôt des Marbres, du palais de l’Elysée et du ministère de l’Intérieur à Paris ainsi que de l’Observatoire de Meudon, de l’Asile du Vésinet, puis du domaine de Saint-Germain-en-Laye et de Malmaison.

Ivan Gury est par ailleurs l’architecte en chef des bâtiments civils et des palais nationaux conservateur de la villa Savoye de 1970 (juste après le classement MH de la villa) à 1986, entre Jean Dubuisson et Jean-Louis Véret.

Contenu du fonds

Le fonds d’archives donné en 1990 contient l'essentiel des archives de l'agence Hourlier-Gury. Il a été complété en 1998 par trente caisses et neuf boîtes à rouleaux, qui contiennent notamment des dossiers d’Ivan Gury postérieurs au décès de Jean-Baptiste Hourlier. Un don séparé a permis de joindre au fonds un film tourné par Hourlier à la villa Médicis où il était pensionnaire dans les années trente (copie sur cassette vidéo).

Période couverteAnnées 1930 à 1990
Importance matérielle169 ml de dossiers, 40 ml de rouleaux.
Modalités d'entrée

Fonds donné par Mme Gury-Hourlier, fille de l'architecte, à la direction des Archives de France, et déposé à l'Ifa, en février 1990; compléments en 1998 et 2005.

Lieu(x) de conservationCentre d'archives de l'IFA
Conditions de reproduction

Pas de conditions particulières.

Mentions obligatoires en cas de reproduction

En cas de publication d'un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d'agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l'obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d'archives).

Traitement archivistique

État du traitement

Repérage complet

Forme de l'instrument de rechercheRépertoire en traitement de texte
Accessibilité

Partielle ou sous réserve

Conditions d'accès

Il n'y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.

Fonds en grande partie conservé dans un dépôt extérieur : accessibilité limitée en fonction de la disponibilité du service.

Historique du traitement

Christophe Parotte (étudiant en histoire de l’art Paris-I Panthéon-Sorbonne, dir. G. Monnier : DEA), stagiaire : repérage des documents concernant Lorient, vers 1993-1994 (présence irrégulière), puis du complément avril-juin 1998.

Mélanie Meunier et Xavier Hubert : fin du repérage (213 caisses Bruneau, 376 tubes et 46 cercueils) en juin-juil. 2004 (trois semaines). Transfert à Provins début juillet (tubes) et le 20 septembre 2004 (cercueils, caisses, boîtes).

Auteurs principaux Mélanie Meunier et Xavier Hubert sous la direction de Gilles Ragot puis David Peyceré
Chargé du suivi

Gilles Ragot puis David Peyceré

Date de mise à jour2004-09-15
Organisation - Classement

Le repérage reprend et annule les repérages antérieurs (celui de 1998 en particulier), mais non le classement partiel effectué par Christophe Parotte en 1993-1994.

Les dossiers classés par C. Parotte portent désormais les cotes 151 IFA 0001 à 0179. Il s’agit de boîtes d’archives blanches (n°s 0001 à 0057) et de boîtes cauchard (n°s 0058 à 0251). Les boîtes d’archives blanches contiennent les dossiers des projets lorientais: 21 projets ou réalisations ont été recensés, essentiellement sur la période 1946-1963, dont la description figure dans le mémoire de maîtrise de C. Parotte. Celui-ci, après la soutenance, a un peu poursuivi le classement des pièces écrites, qu’il a placées en boîtes cauchard: ce qu’il a pu classer ne correspond pas à un sous-ensemble cohérent du fonds, et il n’y a donc pas de différence intrinsèque entre le contenu des boîtes 0001-0251 et celui des caisses (numérotées à partir de 4000).

Un tableau de concordance permet de retrouver les numéros de dossiers qui se trouvent dans chaque boîte. Un repérage sur fiches disponible au centre d’archives, dactylographié (boîtes 0001 à 0057) puis manuscrit, donne un descriptif parfois très détaillé du contenu de chaque dossier. Ces dossiers portent des numéros de 1 à 308 qui ne remontent sans doute qu’au travail de C. Parotte et n’ont donc pas d’autre usage que de renvoyer aux fiches descriptives.

Les tubes d’origine ont été conservés lorsqu’ils étaient en bon état; dans le cas contraire – assez fréquent –, les rouleaux ont été placés en 2004 en boîtes à rouleaux. Dans le cadre de sa maîtrise, en plus des dossiers cités plus haut, C. Parotte avait inventorié quelques rouleaux de calques, qu’il avait placés dans des boîtes à rouleaux numérotées 58 à 62 et décrits avec les pièces écrites correspondantes. Ces cinq boîtes à rouleaux sont désormais numérotées 151 IFA 2046 à 2050. Les boîtes 151 IFA 2051 à 2059 correspondent au complément de 1998.

Les caisses dans lesquelles les archives avaient été apportées de l’agence ont elles aussi, pour la plupart, été remplacées en 2004 étant donné leur état. Les caisses 151 IFA 4213 à 4242 correspondent au complément de 1998.

Le repérage de 2004 a consisté à noter les noms des affaires, les lieux et les dates, sans aucun détail sur le contenu des dossiers. Les indications figurant sur les tubes ont toujours été vérifiées en déroulant les plans, qui concernaient souvent plusieurs affaires non mentionnées sur le tube. Le numéro d’origine figurant sur les tubes a toujours été reporté dans le repérage, bien qu’il semble avoir représenté uniquement une indication topographique dans l’agence, et ne plus correspondre à rien aujourd’hui. Les caisses ont toutes été ouvertes et le contenu des dossiers vérifié.

COTATION ET CONDITIONNEMENT

Les boîtes classées antérieurement au repérage sont numérotées à partir de 0001, les quelques boîtes de photographies à partir de 1000, les boîtes à rouleaux à partir de 2000, les tubes à partir de 3000 et les caisses à partir de 4000.

Détail :

- 151 IFA 0001-0057 : boîtes de doc. (jusqu'à 24 x 32 cm);

- 151 IFA 0058-0251 : boîtes de doc. (jusqu'à 26 x 37 cm);

- 151 IFA 1001-1002 : boîtes de photos (jusqu'à 26 x 37 cm);

- 151 IFA 1050 : boîte de photos plate (jusqu'à 55 x 65 cm)

- 151 IFA 1080 : cassette vidéo (villa Médicis vers 1930);

- 151 IFA 2000-2059 : boîtes de rouleaux;

- 151 IFA 3000-3375 : rouleaux de plans;

- 151 IFA 4000-4242 : caisses.

Éliminations

Aucune élimination significative n'a été pratiquée.

Autres sources

Autres sources d'archives

Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du XXe siècle: fonds des Dossiers d'œuvres de la direction de l'Architecture et de l'Urbanisme, 133 IFA, sans n° dossier DAU (cote: 133 IFA 141/9).

Publications à partir du fonds

Parotte (Christophe), Eglise Saint-Louis: monographie. Université Paris-I Sorbonne, 1994 (travail d'histoire de l'architecture/prof. J. Abram et J.-Cl. Vigato).

Parotte (Christophe). "Jean-Baptiste Hourlier: la reconstruction de Lorient". Université Paris I, 1994 (mémoire DEA). 3 tomes. 3 vol. (vol. 1: "Biographie, texte, iconogr."; vol. 2: "Documents"; vol. 3: "Inventaire").

"Bretagne: un XXe siècle d'architectures"/dir. Philippe Bonnet, Patrick Dieudonné, Daniel Le Couédic. Rennes: EPCC "Chemins du patrimoine en Finistère"; Terre de Brume; AMAB, 2001.

Autres références bibliographiques

"Portraits d'architectes II". Académie d'architecture (suppl. aux Cahiers de l'Académie d'architecture), 1989.

Drenou (Patricia). "Lorient dans les années 50 ou la naissance d'une seconde ville", catalogue d'exposition du Palais des congrès. Lorient: Archives municipales; Direction générale de l'Aménagement urbain, 1993.

Haut de page Revenir en haut de la page

Sélection de documents appartenant au fonds En cas de reproduction

Documents biographiques : "La Villa Médicis en 1930" (cassette vidéo, NB, muet, 08:38 mn).

Documents biographiques : "La Villa Médicis en 1930" (cassette vidéo, NB, muet, 08:38 mn).

Documents biographiques : Jean-Baptiste Hourlier (au centre de profil) lors de la consécration de l'église Saint-Louis de Lorient, 22 déc. 1955 (cliché anonyme).

Documents biographiques : Jean-Baptiste Hourlier (au centre de profil) lors de la consécration de l'église Saint-Louis de Lorient, 22 déc. 1955 (cliché anonyme).

1954-1956. Eglise Notre-Dame-de-Victoire, Lorient (Morbihan) : vue d'une maquette, n.d. (cliché anonyme).

1954-1956. Eglise Notre-Dame-de-Victoire, Lorient (Morbihan) : vue d'une maquette, n.d. (cliché anonyme).

1945-1954. Immeubles collectifs, groupe Chazelles, Lorient : élévation de la façade de l'immeuble F sur la cour intérieure (éch. 0,02 PM), 29 nov. 1946.

1945-1954. Immeubles collectifs, groupe Chazelles, Lorient : élévation de la façade de l'immeuble F sur la cour intérieure (éch. 0,02 PM), 29 nov. 1946.


Place Alsace-Lorraine, Lorient (Morbihan) : vue partielle de la place, n.d. (cliché anonyme).

Place Alsace-Lorraine, Lorient (Morbihan) : vue partielle de la place, n.d. (cliché anonyme).


Documents liés au fonds