Illustration Archiwebture

Fiche descriptive

Fonds Hourlier, Jean-Baptiste (1897-1987). 308 AA

Fiche descriptive d'une unité documentaire
EtiquetteContenu de champ

Présentation

Notice biographique

Jean-Baptiste Hourlier est né le 16 octobre 1897 à Paris et décédé le 16 mars 1987 à Saint-Germain-en-Laye.

Elève de l’atelier Defrasse et Madeline à l’Ecole des beaux-arts de Paris, il remporte le premier Grand Prix de Rome en 1923 et en 1926 le prix Guadet pour son projet de diplôme. Pensionnaire de l’Académie de France à Rome jusqu’en 1931, il établit un projet de restauration de la ville de Sienne au moyen-âge pour son envoi de dernière année et obtient pour cette œuvre, en 1932, la médaille d’honneur du Salon des artistes français.

Entre 1923 et 1968, il participe à de nombreux concours publics. Il remporte le premier prix et l’exécution aux concours pour les groupes scolaires de Fontainebleau (1931), de Blois (1934), et d’Antony (1935); en 1955, lors du concours de l’opération Million, il obtient la commande de cent logements HLM à Saint-Germain-en-Laye; il remporte un 3e prix au concours de façades d’immeubles organisé par la ville de Paris (1923); un 2e prix au concours de l’Institut d’aveugles de Buenos Aires (1925); une mention au concours pour le monument de Christophe Colomb dans l’île de Saint-Domingue (1929); un 3e prix au concours de l’hôtel de ville de Saint-Maur (1931); une mention encore au concours de l’hôtel de ville de Puteaux (1932); un 5e prix au concours de la cité hospitalière de Lille (1933); un 2e prix au concours du monument de la Gendarmerie à Versailles (1936); un 4e prix au concours de la Maison nouvelle organisé par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (1947); enfin, un prix au concours ouvert par le District de la région de Paris et le ministère de l’Education nationale pour l’université de Villetaneuse (1968).

Nommé architecte de la reconstruction dans l’une des villes les plus sinistrées par les bombardements alliés, Lorient, il y travaille aux côtés d’un architecte en chef assez peu impliqué. C’est peut-être pourquoi la reconstruction de Lorient ne brille ni par un urbanisme particulièrement audacieux, ni par l’affirmation de son architecture: on y trouve par contre une succession d’espaces et d’édifices agréables, dont certains — au premier chef l’église Saint-Louis, de Hourlier — comptent parmi les monuments de l’époque. Jean-Baptiste Hourlier avait consacré son envoi de Rome à la Sienne médiévale, en un temps où les architectes en séjour à Rome se concentraient encore presque tous sur l’Antiquité; il reconstitue avec la place Alsace-Lorraine une ambiance de place ordonnancée à l’échelle d’une petite ville. Son projet, bien lisible sur cette perspective, retient dans la modénature la leçon d’Auguste Perret, le "maître" qui au même moment reconstruit Le Havre, mais adapte harmonieusement l’urbanisme monumental de Perret.

Travaillant à Lorient entre 1946 et 1952, il participe ensuite à la reconstruction de la ville de Saumur entre 1945 et 1954.

Avec Ivan Gury, son gendre, il construit de nombreux groupes scolaires et, entre 1956 et 1963, des immeubles HLM dans la région parisienne pour la société immobilière Le Foyer du fonctionnaire. Pour l’EPAD enfin, il construit deux immeubles-tours à La Défense entre 1970 et 1973.

Nommé architecte des bâtiments civils et palais nationaux, il sera en charge successivement à Paris, jusqu’en 1963, du dépôt des Marbres, du palais de l’Elysée et du ministère de l’Intérieur à Paris ainsi que de l’Observatoire de Meudon, de l’Asile du Vésinet, puis du domaine de Saint-Germain-en-Laye et de Malmaison.

Contenu du fonds

Fonds exclusivement constitué de documents concernant la période de formation de l’architecte.

Période couverte1926-1930
Importance matérielle2 rouleaux de plans ; quelques dessins.
Modalités d'entrée

Dépôt de l'Académie d'architecture en février 2000 (convention de dépôt du 7 mars 2001).

Historique de la conservation

Don de Mme Gury-Hourlier, fille de l'architecte, à l'Académie d'architecture, 1990.

Lieu(x) de conservationCentre d'archives de l'IFA
Conditions de reproduction

Pas de conditions particulières.

Mentions obligatoires en cas de reproduction

En cas de publication d'un document, les mentions obligatoires sont «Académie d'architecture/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d'agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l'obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d'archives).

Traitement archivistique

État du traitement

Inventaire complet

Forme de l'instrument de rechercheRépertoire en base de données
Accessibilité

Oui

Conditions d'accès

Il n'y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.

Historique du traitement

Après dépôt à l'IFA : pointage, reclassement et saisie dans la base, par Vlada Filhon et Holy Raveloarisoa, avril 2002.

Auteurs principaux Vlada Filhon et Holy Raveloarisoa sous la direction de Sonia Gaubert
Chargé du suivi

Sonia Gaubert

Date de mise à jour2002-04-05
Organisation - Classement

Le classement du fonds est réalisé à l’Académie d’architecture par des chercheurs sous la coordination de Claudine de Vaulchier et Pieter Uyttenhove. Le résultat de ce travail est publié en 1997, dans "Académie d’architecture: catalogue des collections: Volume II: 1890-1970", pp.174-175.

En 2001, à l’Ifa, le fonds est reconditionné et coté selon les méthodes en usage au Centre, afin d’en permettre la gestion et de pouvoir en intégrer l’inventaire dans la base de données Archivecture. On s’est employé, autant qu’il était possible de le faire, à:

- ajouter un système de repérage physique à tous les "dossiers",

- décrire les documents en spécifiant leurs cotes d’origine dans le corps de la description des dossiers (abréviation les introduisant: "cote AA:");

- pointer les documents par rapport à l’inventaire originel. Les absences sont signalés dans le corps de l’inventaire.

Pour mémoire, le système de cotation de l’Académie d’architecture est constitué:

. des initiales du nom de l’architecte (ici: JBH),

. d’une abréviation désignant le type de document (DES, pour dessin),

. d’un numéro identifiant l’unité documentaire (il existe un numéro par notice mais ce numéro ne se confonds pas avec celui de la notice en question). Suit enfin un numéro - parfois composé de deux séquences (pour distinguer sans doute des sous-ensembles cohérents de documents), identifiant les documents à la pièce.

Si les documents eux-mêmes n’ont pas été recotés à l’IFA (les "cotes AA" peuvent donc, la plupart du temps, toujours servir à désigner des document précis…), ont par contre été ajoutés les deux systèmes de référence actuellement en usage au Centre:

- cotation physique par dossiers (de type 308 AA…),

- références "Objet" (de type HOURL/A/30… permettant d’identifier et d'indexer de manière univoque les unités documentaires du fonds, que celles-ci soient de types "projets" ou "pièces personnelles").

Cotation et conditionnement:

- 308 AA 01- 02: pochettes de doc en tiroir;

- 308 AA 10: boîte de rouleaux.

Éliminations

Aucune élimination n'a été pratiquée.

Autres sources

Autres sources d'archives

Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du XXe siècle:

- fonds des Dossiers d'œuvres de la direction de l'Architecture et de l'Urbanisme, 133 IFA, dossier DAU n° 151 (cote: 133 IFA 141/9).

- fonds Hourlier, 151 IFA;

- fonds Arretche, 258 AA: aménagement de la côte aquitaine, 1970;

- fonds Joachim Richard, 81 IFA: Exposition internationale de Paris, 1937 (?), Palais de l'Economie internationale, porte Dauphine, Paris 16e.

Publications à partir du fonds

Académie d'architecture: catalogue des collections, vol. II: 1890-1970. Paris: Académie d’architecture, 1997, pp. 173-176.

Autres références bibliographiques

"Portraits d'architectes II". Académie d'architecture (suppl. aux Cahiers de l'Académie d'architecture), 1989.

Drenou (Patricia). "Lorient dans les années 50 ou la naissance d'une seconde ville", catalogue d'exposition du Palais des congrès, Lorient, Archives municipales / direction générale de l'Aménagement urbain, 1993.

Haut de page Revenir en haut de la page

Sélection de documents appartenant au fonds En cas de reproduction