Illustration Archiwebture

Fiche descriptive

Fonds Jaussely, Léon (1875-1932). 312 AA

Fiche descriptive d'une unité documentaire
EtiquetteContenu de champ

Présentation

Notice biographique

Léon Jaussely est né le 9 janvier 1875 à Toulouse et décédé en 1932 à Givry (Saône-et-Loire).

Il fréquente l’école des beaux-arts de Toulouse. En 1893, l’attribution d’une bourse municipale lui permet de poursuivre ses études à l’Ecole nationale des Beaux-arts de Paris dans l’atelier de Daumet et Esquié. Il y obtient de nombreux prix (Chaudesaigues en 1897, prix des Architectes américains en 1897, Chenavard en 1902, Labarre en 1903, etc.). Il est diplômé en 1903 et remporte la même année le grand prix de Rome. Lors de son séjour à la villa Médicis, il retrouve Tony Garnier et Henri Prost. De ces rencontres naissent peut-être les préoccupations et l’intérêt de Jaussely pour les questions urbaines. C’est à Rome qu’il étudie le plan d’extension de Barcelone, dont il gagne le concours en 1905. Il serait à l’origine de l’introduction en France du terme "urbanisme", directement repris de la "Teoría general de la urbanización" de Cerdà; il est en tout cas le promoteur en France de la notion de "town planning".

Désormais, Jaussely se consacre presque exclusivement aux projets d’urbanisme:

- deuxième prix au concours pour l’aménagement de Berlin avec Charles Nicod en 1910;

- premier prix au concours pour l’extension de Paris et l’aménagement de la région parisienne en 1919, avec Roger-Henri Expert et Louis Sollier;

- chargé des plans d’aménagement de Toulouse (1926-1932), Vittel, Carcassonne, Pau et Tarbes;

- chargé du plan d’extension de Grenoble (1922);

- participation au concours de la ville nouvelle d’Ankara en 1925.

Il est l’auteur de quelques projets d’architecture:

- architecte en chef de l’exposition internationale de la Houille blanche et du tourisme à Grenoble en 1925 (il dessine aussi le palais de la Houille blanche et les fontaines lumineuses);

- musée permanent des Colonies pour l’Exposition coloniale de 1931 à Paris avec Albert Laprade et Léon Bazin;

- projet de cité-jardin à Muret;

- immeuble de La Dépêche du Midi à Toulouse (bâtiment décoré de céramiques de Gentil et Bourdet).

Architecte en chef des PTT à partir de 1914, il a construit plusieurs bâtiments pour cette administration:

- centre de tri postal de Bordeaux en 1926 (bâtiment alliant fonctionnalité et esthétique Art déco);

- bureau de poste, Lannemezan (Hautes-Pyrénées) en 1930;

- bureau de poste de la rue du Colisée, Paris 8e, en 1932, avec Joseph Bukiet;

- direction régionale des PTT à Toulouse en 1932.

Jaussely est membre fondateur de plusieurs sociétés savantes et professionnelles: Musée social (section d’hygiène et urbaine et rurale), Société française des urbanistes, Société centrale des architectes, etc.

Membre de la Commission supérieure de plans d'extension et d'aménagement des villes, Jaussely participe à l’élaboration de la loi Cornudet de 1919, plus particulièrement sur des aspects de méthodologie.

Il se consacre beaucoup à l’enseignement: comme professeur d'histoire de l'architecture à partir de 1920 à l'Ecole des beaux-arts, où il reprend brièvement l’atelier Daumet avant de céder la place à Expert, comme professeur de théorie de l'urbanisme à l'Ecole supérieure d'art public, et en donnant des conférences publiques à l’Institut d’histoire, de géographie et d’économie urbaines dirigée par Marcel Poëte.

Léon Jaussely est officier de la Légion d’honneur.

Contenu du fonds

Le fonds couvre, de façon irrégulière, toute l'activité de Léon Jaussely, des travaux d'école aux réalisations principales, en passant par les grands concours (Ankara, Paris, Berlin, Barcelone) et les projets d'aménagements de ville. Les archives professionnelles sont accompagnées de quelques pièces personnelles et de documentation.

Le fonds est principalement constitué de documents graphiques et de photographies.

Période couverte1897-1927
Importance matérielleQuelques photographies (notamment plaques de verre) ; 3 tiroirs de meuble à plans ; 0,2 ml de plans roulés.
Modalités d'entrée

Dépôt de l'Académie d'architecture en février 2000 (convention de dépôt du 7 mars 2001).

Historique de la conservation

Don de Joseph Bukiet, élève et associé de l'architecte, à l'Académie d'architecture, 1982.

Lieu(x) de conservationCentre d'archives de l'IFA
Conditions de reproduction

Pas de conditions particulières.

Mentions obligatoires en cas de reproduction

En cas de publication d'un document, les mentions obligatoires sont «Académie d'architecture/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d'agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l'obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d'archives).

Traitement archivistique

État du traitement

Inventaire complet

Forme de l'instrument de rechercheRépertoire en base de données
Accessibilité

Oui

Conditions d'accès

Il n'y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.

Historique du traitement

Inventaire par l'Académie d'architecture.

Pointage et complément d'inventaire par Sonia Gaubert, Vlada Traven et Holy Raveloarisoa, juil. 2001, février 2002.

Auteurs principaux Vlada Traven, Holy Raveloarisoa sous la direction de Sonia Gaubert
Chargé du suivi

Sonia Gaubert

Date de mise à jour2002-02-02
Organisation - Classement

L’inventaire du fonds a été commencé à l’Académie d’architecture par des chercheurs sous la coordination de Claudine de Vaulchier et Pieter Uyttenhove.

L’inventaire a été publié en 1997, dans "Académie d’architecture: catalogue des collections: Volume II: 1890-1970", pp. 178-191.

En 2001, le fonds a été déposé à l’IFA, où il a été reconditionné et coté selon les méthodes en usage au Centre, afin d’en permettre la gestion et de pouvoir en intégrer l’inventaire dans la base de données "Archivecture".

On s’est employé, autant qu’il était possible de le faire, à:

- regrouper les documents par projets, et en constituer des "dossiers" reconditionnés par types et par formats de documents; un soin particulier a été apporté aux croquis et dessins sur calques fragiles qui ont été disposés recto-verso dans des pochettes en polyester cloisonnées par des feuilles de papier; les plaques de verre ont été scannées afin de pouvoir en produire des copies papier pour la consultation et préserver ainsi ces objets fragiles..

- ajouter un système de repérage physique à tous les Dossiers ainsi constitués,

- décrire les documents de façon synthétique en spécifiant leurs cotes d’origine dans le corps de la description des dossiers (abréviation les introduisant: "cote AA:");

- pointer les documents par rapport à l’inventaire originel.

Pour mémoire, le système de cotation de l’Académie d’architecture est constitué:

. des initiales du nom de l’architecte (ici: LJ),

. d’une abréviation désignant le type de document (DES, pour dessin; PHO, pour photographies; ARC, pour archives écrites ou imprimées),

. d’un numéro identifiant l’unité documentaire (il existe un numéro par notice mais ce numéro ne se confonds pas avec celui de la notice en question). Suit enfin un numéro - parfois composé de deux séquences (pour distinguer sans doute des sous-ensembles cohérents de documents), identifiant les documents à la pièce.

Les documents eux-mêmes n’ont pas été recotés à l’IFA (les "cotes AA" peuvent donc, la plupart du temps, toujours servir à désigner des document précis), mais on a ajouté les deux systèmes de référence actuellement en usage au Centre:

- cotation physique par dossiers (de type 312 AA…),

- références "Objet" (de type JAUSS/C/19… permettant d’identifier et d'indexer de manière univoque les unités documentaires du fonds, que celles-ci soient de types "projets" ou "pièces personnelles").

Cotation et conditionnement:

- 312 AA 01: boîtes de photos (jusqu'à 26 x 37 cm);

- 312 AA 10: boîtes de photos et doc. graphiques (jusqu'à 55 x 65 cm);

- 312 AA 20-37: pochettes de doc. graphiques en tiroirs;

- 312 AA 40: boîte de rouleaux;

- 312 AA 50-52: documents hors format.

Éliminations

Aucune élimination n'a été pratiquée.

Autres sources

Archives de même origine

Archives nationales, Centre des archives du monde du travail (CAMT), Roubaix: fonds Léon Jaussely, entrée 1997025: plans d'aménagement et d'urbanisme, commandes privées, projets pour l'Exposition de la houille blanche de Grenoble (1925) et le musée des Colonies, dessins de l'Ecole des beaux-arts, etc.; nombreux dessins de Joseph Bukiet et d'autres architectes (cf. Colonnes, n°12, 1998).

Autres sources d'archives

Archives nationales: fonds Laprade (403 AP) [fonds classé à l'Ifa: inventaire dans la base].

Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du XXe siècle:

- fonds Albert Laprade, 317 AA,

- fonds Joseph Bukiet, 274 AA,

- fonds Louis-Georges Pineau, 75 IFA: cours d'urbanisme de Léon Jaussely à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, (1922-1924).

La plupart des villes pour lesquelles Jaussely a dessiné un plan d'urbanisme conservent ses projets dans leurs archives : Briançon, Carcassonne, Grenoble, Pau, Tarbes, Toulouse, etc.

Publications à partir du fonds

"Académie d'architecture: catalogue des collections, vol. II: 1890-1970", pp. 179-192.

"Le Palais des Colonies". Paris: RMN/ Musée des arts d'Afrique et d'Océanie, 2002.

"Patrimoines partagés: architectes français au Sud et à l’Est de la Méditerranée: guide de recherches dans les archives de l’Ifa", Colonnes, n° 21, fév. 2003.

Andia (Béatrice de), dir. "Les musées parisiens: histoire, architecture et décor". Paris: Action artistique de la ville de Paris, 2004.

Texier (Simon), dir. "Voies publiques: histoires et pratiques de l'espace public à Paris". Paris: Picard, Pavillon de l'Arsenal, 2006.

Autres références bibliographiques

Rosenthal (Léon), "L'architecture à l'Exposition de Grenoble", L'Architecture, n°18, 25 sept. 1925, pp. 309-316.

Maigrot (Emile), "Le futur Musée permanent des Colonies, à Vincennes, MM. Jaussely et Laprade, architectes", L'Architecture, n°1, 15 janv. 1930, pp. 23-25.

Goissaud (Antony), "A l'Exposition Coloniale, le Musée permanent des Colonies par L. Jaussely et A. Laprade, architectes", La Construction Moderne, 31 janv. 1930, p. 278-296.

Goissaud (Antony), "Exposition Coloniale 1931: le Palais des Colonies par L. Jaussely et A. Laprade, architectes", La Construction Moderne, n°48, 31 août 1930, p. 749-752, pl. 189-192.

Henry (Frédéric), "Léon Jaussely", L’Architecture, n°2, fév. 1933, p. 37-40.

"Le bureau de poste de Paris, n°45, 14 rue du Colisée, L. Jaussely et J. Bukiet, architectes", L’Architecture, n°2, fév. 1933, p. 41-44.

Laprade (Albert), "Léon Jaussely (1875-1933)", Urbanisme, n°12, mars 1933, pp. 102-103.

"Musée des Colonies à Paris", L'Architecture d'aujourd'hui, n°9, sept. 1933, p.79.

Baudoui (Rémi). "La naissance de l'école des hautes études urbaines et le premier enseignement de l'urbanisme en France, des années 1910 aux années 1920". Nantes: Ville Recherche Diffusion, 1988.

Papillault (Rémi), "L'urbanisme comme science ou le dernier rêve de Léon Jaussely", "Toulouse. 1920-1940. La ville et ses architectes". Toulouse: CAUE, Ecole d'architecture de Toulouse, Ombres Blanches, 1991, pp. 24-39.

Foucault (Odile), "Toulouse, courrier sud dans la ville rose", Monument historiques, "Postes", n°184, nov.-déc.1992, pp. 90-93.

"Les archives de Léon Jaussely" [au Centre des archives du monde du Travail, Roubaix], Colonnes n°12, 1998.

Dir. Berdoulay (Vincent), Claval (Paul). "Aux débuts de l'urbanisme français: regards croisés de scientifiques et de professionnels: fin XIXe- début Xxe siècle". Paris: L'Harmattan, 2001 (coll. "Géographie et cultures").

Haut de page Revenir en haut de la page

Sélection de documents appartenant au fonds En cas de reproduction