Illustration Archiwebture

Fiche descriptive

Fonds Jenkins, Alfred Benjamin (1910-1983). 233 Ifa

Fiche descriptive d'une unité documentaire
EtiquetteContenu de champ

Présentation

Notice biographique

Alfred Benjamin ("Ben") Jenkins est né d'un père gallois, à Morlaix le 29 mars 1910, et décédé à Dreux le 24 mars 1983.

Il entre en 1931 à l'atelier Laloux-Lemaresquier à l'École des beaux-arts. Après son service militaire (1931-1932), il est diplômé en février 1939. Il s'installe alors à Brest dans l'espoir d'une collaboration avec Gaston Chabal Après sa mobilisation en 1939-1940, il reste en Bretagne, à Plougasnou puis à Quimper où il travaille pour le Génie rural (aménagement de bâtiments ruraux).

Membres d'un réseau de renseignements démantelé en 1942, sa femme et lui rejoignent la France libre, puis l'Espagne, où ils sont arrêtés et emprisonnés quelques mois. Ils rejoignent ensuite l'Angleterre. Petit-fils d'un Britannique, Ben Jenkins est enrôlé dans l'armée anglaise jusqu'en 1945.

Il fait alors partie de la Mission de reconstruction française à Londres puis travaille dans les Welwyn Gardens Studios. En septembre 1946, il s'installe de nouveau en France, à Saint-Malo, puis à Paris en 1949.

Il fait une parenthèse à Dakar, de 1950 à 1952, comme architecte du Crédit foncier de l’ouest africain: ces quelques années sont la grande époque de la construction française au Sénégal et Jenkins, comme André Contenay et beaucoup d’autres, y élabore une architecture plus libre qu’en métropole.

Ben Jenkins est à partir de 1952 expert auprès de l'Enregistrement et des domaines, auprès du TGI de Versailles, à partir de 1962 auprès de la Section Construction des compagnies d'assurances, à partir de 1967 auprès de plusieurs compagnies d'assurances.

Il remporte les premiers prix dans les concours pour les "maisons d'Ille-et-Vilaine" (réalisation), l'immeuble du service géographique de Dakar (idem), l'immeuble des services du port de Conakry (idem), le palais du conseil de Ouagadougou (non réalisé).

Dans le cadre de la Reconstruction, il reconstruit des immeubles d'habitation et des fermes en Ille-et-Villaine, et quelques édifices dans le Finistère.

Comme beaucoup des architectes passés par l’Afrique, Alfred Jenkins développe un intérêt particulier pour les techniques constructives et — ce qui est plutôt rare — fait breveter un procédé de construction rationalisé, qu'il applique à sa propre maison.

Il construit deux immeubles à Paris (46, rue Desbordes-Valmore, 16e, et 154, rue Raymond-Losserand, 14e), plusieurs résidences à Jouy-en-Josas, Sceaux, Boissettes (Seinet-et-Marne), des résidences à Bourges.

Il est actif jusqu'à la fin de l'année 1982.

Contenu du fonds

Le fonds contient essentiellement des documents graphiques, concernant une trentaine de projets principalement en France, dont quelques projets théoriques ("unité de logement type caisson à développement horizontal et vertical", vers 1970, dans les pièces écrites) et plusieurs résidences sur la côte bretonne.

Période couverte1946-1979
Importance matérielle0,5 ml de dossiers ; 2 tiroirs de meuble à plans.
Modalités d'entrée

Fonds donné à la direction des Archives de France et déposé au centre d'archives de l'Ifa en mars 1997 par la famille de l'architecte.

Lieu(x) de conservationCentre d'archives de l'IFA
Conditions de reproduction

Pas de conditions particulières.

Mentions obligatoires en cas de reproduction

En cas de publication d'un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d'agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l'obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d'archives).

Traitement archivistique

État du traitement

Inventaire incomplet

Forme de l'instrument de rechercheRépertoire en traitement de texte
Accessibilité

Oui

Conditions d'accès

Il n'y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.

Historique du traitement

Guillaume Leclercq et J.-B. Brandin : inventaire des doc. graphiques, janv. 1997.

G. Marchand : ajout d'une cotation physique (annotations manuscrites ajoutées à l'inventaire), août-sept. 1997.

Auteurs principauxsous la direction de David Peyceré
Chargé du suivi

David Peyceré

Date de mise à jour1997-09-15
Organisation - Classement

Traitement hétérogène et incomplet:

- projets identifiés mais incomplètement informés (programmes et typologies en particulier: biographie et CV à confronter à l'inventaire...);

- à une exception près (l’essentiel de la boîte 1, décrit dans le projet 233/13), les pièces écrites ne sont pas décrites.

- les plans sont décrits de façon détaillée.

Cotation et conditionnement:

- 233 IFA 01-03: boîtes de doc. écrits (jusqu'à 26 x 37 cm);

- 233 IFA 04-33: pochettes de doc. graphiques (jusqu'à 90 x 125 cm)

Éliminations

Aucune élimination significative n'a été pratiquée.

Autres sources

Archives de même origine

Centre Georges-Pompidou, MNAM/CCI: 4 doc.

Publications à partir du fonds

Leclercq (Guillaume), Brandin (Jean-Baptiste). "Fonds Alfred Ben Jenkins, architecte: liste des plans". Paris: IFA/Centre d'archives d'architecture du XXe siècle, 1997 (rapport dactyl.)

Haut de page Revenir en haut de la page

Documents liés au fonds