Illustration Archiwebture

Fiche descriptive

Fonds Kurokawa, Kisho (1934-). 314 AA

Fiche descriptive d'une unité documentaire
EtiquetteContenu de champ

Présentation

Notice biographique

Architecte japonais, actif au Japon à partir de 1960, puis en Europe, aux Etats-Unis et en Australie (sous le nom de Noriaki Kurokawa jusqu'en 1970). Diplômé des universités de Kyôto (1957) et de Tokyo (1964), où il obtient son doctorat, Kisho Kurokawa travaille pour Kenzô Tange, notamment à l’élaboration du célèbre plan d’aménagement de la baie de Tokyo de 1960. Il ouvre son agence en 1961, et se fait connaître par ses liens avec le groupe métaboliste et par ses projets théoriques: Agricultural Plan (1960), Helix City (1961). C’est à l’usine Nitto (préfecture de Yamagata, 1964), le centre de loisirs Hawaii Dreamland (1967) et, surtout, en 1970, le pavillon Takara pour l’Exposition universelle d’Ôsaka, qu’il met en application, grandeur nature, sa vision métaboliste d’une architecture modulaire pouvant évoluer au gré des besoins. Kurokawa persévère après 1970 dans cette approche architecturale futuriste, réalisant notamment la Nakagin Capsule Tower (Tokyo, 1972), la Sony Tower (Ôsaka, 1976) et le musée d’Ethnologie d’Ôsaka (1977), bâtiment ultramoderne par ses équipements intérieurs, mais dont le gris foncé des façades s’inspire de la couleur japonaise traditionnelle. Dès 1975 et la réalisation de la Banque centrale de Fukuoka, Kurokawa semble s’inspirer de concepts inspirés de l’espace traditionnel japonais. Notamment par l’idée d’espace intermédiaire entre le bâtiment et l’extérieur. En 1980, il achève à Tokyo le Shôto Club et, en 1982, à Urawa (préfecture de Saimata), le musée d’Art moderne. Dans celui-ci, les "déformations" des structures porteuses en périphérie permettent à la nature environnante de pénétrer dans le bâtiment et de créer l'espace intermédiaire souhaité.

A partir de la réalisation du musée de Nagoya (1987), son registre conceptuel évolue vers les notions de "métamorphose" puis de "symbiose" (des cultures). Dès lors, Kurokawa introduit régulièrement des formes et des matériaux de l’architecture traditionnelle japonaise: kura, entrepôts traditionnels, au musée d’Hiroshima (1987); toit en pente recouvert de tuiles au musée de la Photographie à Nara. Appliquant cette approche de "symbiose", il construit également à l’étranger: aux Etats-Unis, le club sportif The Illinois Center à Chicago (1988); en France, l’immeuble de bureaux Pacific à La Défense et, en collaboration avec Mieko Inoue, l'ensemble de logements collectifs Le Colisée à Nîmes (1989); en Chine, le centre culturel sino-japonais à Pékin (1990); en Australie, Melbourne Central, complexe commercial et de bureaux (1990).

Kisho Kurokawa a en outre participé à de nombreux concours internationaux comme ceux pour le centre Georges Pompidou à Paris (1971), le Palais des congrès d’Abu-Dhabi (1975), l’IBA à Berlin (1980). Architecte, homme de médias, Kurokawa est également connu pour ses écrits et les multiples néologismes qu’il emploie pour expliquer sa démarche, parfois fort contestée dans ses fondements par la critique architecturale.

Il a également écrit sur l’œuvre de ses contemporains (The New Wave of Japanese Architecture, 1993), et traduit en japonais le livre de Janet Jacob The Death and Life of Great American Cities.

D'après Guillot (Xavier). "Dictionnaire de l’architecture du XXe siècle". Paris: Ifa, Hazan, 1996.

Contenu du fonds

Deux élévations de bâtiment n.id. (mine de plomb sur papier), signées par l'architecte et datées 1985.

Période couverte1985
Importance matérielle1 rouleau de plans.
Modalités d'entrée

Dépôt de l'Académie d'architecture en février 2000 (convention de dépôt du 7 mars 2001).

Historique de la conservation

Fonds reçu par l'Académie d'architecture avant 2000.

Lieu(x) de conservationCentre d'archives de l'IFA
Conditions de reproduction

Pas de conditions particulières.

Mentions obligatoires en cas de reproduction

En cas de publication d'un document, les mentions obligatoires sont «Académie d'architecture/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d'agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l'obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d'archives).

Traitement archivistique

État du traitement

Inventaire complet

Forme de l'instrument de rechercheRépertoire en base de données
Accessibilité

Oui

Conditions d'accès

Il n'y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.

Fonds non inventorié mais de volume réduit, accessible à la consultation.

Historique du traitement

Marcos Carvalho-Canto : inventaire, nov. 2005.

Auteurs principaux Marcos Carvalho-Canto sous la direction de Sonia Gaubert
Chargé du suivi

Sonia Gaubert

Date de mise à jour2005-11-07
Organisation - Classement

Cotation et conditionnement:

314 AA 1: rouleau de plans.

Éliminations

Aucune élimination n'a été pratiquée dans ce fonds.

Autres sources

Archives de même origine

Centre Georges-Pompidou, MNAM/CCI: collection Kisho Kurokawa (47 pièces).

Autres références bibliographiques

Coll. "Metabolism 1960, Proposals for New Urbanism". Tôkyô, 1960.

"Kisho Kurokawa: architecture et design", catalogue de l'exposition organisée par l'Institut français d'architecture. Paris: Editions du Moniteur, 1982.

"Kisho Kurokawa". Paris: Electa "Moniteur", 1987 (coll. Monographies d'architecture").

"Musée d'art contemporain, Hiroshima, Japon", L'architecture d'Aujourd'hui, n° 264, sept. 1989, p. 76.

Kurokawa (Kisho). "Intercultural architecture: the philosophy of symbiosis. Washington: American Institute of architects press, 1991.

Kurokawa (Kisho). "From Metabolism to Symbiosis". Londres, 1992.

Kurokawa (Kisho). "New wave Japanese architecture". Londres: Acadamy; Berlin: Ernst and Sohn, 1993.

"Kisho Kurokawa"/trad. de l'anglais par Daniel Lemoine; photogr. de Tomio Ohashi. Paris: Le Moniteur, 1995 (coll. "Monographie d'architecture").

Guiheux (Alain). Kisho Kurokawa, architecte: le métabolisme 1960-1975. Paris: Centre Georges Pompidou, 1997 (coll. "Jalons"/MNAM-CCI).

"Rétrospective Kurokawa Kisho: penser la symbiose de l'âge de la machine à l'âge de la vie. Paris: Maison de la culture du Japon, 1998 [catalogue d'exposition] (coll. "Les grands architectes contemporains"; 1).

Chirat (Sylvie). "Kurokawa Kisho: penser la symbiose: de l'âge de la machine à l'âge de la vie: rétrospective". Paris: Archicréé, 1998.

Haut de page Revenir en haut de la page