Illustration Archiwebture

Fiche descriptive

Fonds Nénot, Henri-Paul (1853-1934). 122 Ifa

Fiche descriptive d'une unité documentaire
EtiquetteContenu de champ

Présentation

Notice biographique

Henri-Paul Nénot est né le 27 mai 1853 à Paris et mort en 1934 à Genève.

A 13 ans, sa mère le fait inscrire à l’atelier libre d’architecture de Paul-Eugène Lequeux. Celui-ci le recommande à Charles-Auguste Questel. Pour financer ses études, il travaille pour Charles Garnier dans l’agence d’architecture de l’Opéra.

Nénot remporte son premier concours avec Oudiné pour la reconstruction d’une école normale à Huy en Belgique. Avec le même associé, il construit un immeuble de rapport bd Péreire (Paris 17e) pour la Société parisienne mobilière, et le théâtre des Arts à Rouen.

En 1877, il remporte le Grand prix de Rome (« un Athénée pour une grande capitale »). Dès son retour en France, les succès officiels se multiplient. En 1882, il remporte le concours pour la construction de la nouvelle Sorbonne à Paris, qui sera son grand œuvre. En 1885, il remporte le concours pour l’édification du monument à Victor-Emmanuel II à Rome (non réalisé). En 1887, il édifie le tombeau de Mlle Labiche au cimetière de Béville-le-Comte.

Il collabore fréquemment avec des sculpteurs pour des monuments commémoratifs: monument au commandant Rolland au Bourget (1896), monument à Octave Gréard sq. Paul-Painlevé (Paris 5e) avec Jules-Clément Chaplain (1909). En association avec les sculpteurs Bouchard et Landowski, il participe au concours pour le monument international de la Réformation à Genève en 1908 (second prix, derrière le projet d’Alphonse Laverrière).

Outre la Sorbonne, Nénot réalise d’autres bâtiments universitaires et de recherche sur la montagne Sainte-Geneviève: institut de chimie (1908-1911), institut de géographie (1914-1926), et enfin le bâtiment parisien de l’Institut océanographique, fondé par Albert Ier de Monaco, dont le projet s'inspire de l’architecture toscane.

Sa carrière officielle prend une dimension internationale lorsque son projet pour le siège de la Société des Nations à Genève est retenu. Le jury demande qu’il soit associé aux architectes Jules Flegenheimer, Camille Lefèvre, Carlo Broggi et Jozsef Vago pour l’élaboration d’un bâtiment plus conséquent, qui est construit de 1931 à 1937.

Henri-Paul Nénot est également l’auteur de constructions privées. A Paris, il réalise des immeubles de rapport pour les compagnies d’assurances La Nationale (15 bis-17, rue Lafitte, 18-20, rue du Faubourg-du-Temple et 11, rue Bugeaud) et Le Nord (22, rue Le Peletier). Il construit également l’hôtel Ambassador av. Henri-Martin, l'hôtel Meurice rue de Rivoli, le siège de la Compagnie des wagons-lits, le siège de la banque Dreyfus, des immeubles de rapport rue Guynemer, rue Picot, rue Edouard-VII, rue de La Boétie, av. Victor-Hugo. Nénot est aussi architecte-conseil de la fondation Rothschild.

En province, il construit la villa Gillet bd des Belges à Lyon, l’immeuble Le Paladium bd du Tsarévitch à Nice (avec Edmond Labbé) en 1930, la villa Cap-des-Myrtes à la Croix-Valmer (Var).

Il reçoit de nombreuses charges et distinctions: inspecteur général des Bâtiments civils et palais nationaux, membre du conseil des Monuments historiques. Il entre à la société des Artistes français, en 1883, et en est membre du Comité en 1906, puis président (1907-1909 et 1923-1925). Parrainé par Questel, il entre en 1884 à la Société centrale des architectes, dont il sera président de 1904 à 1906. Il est élu membre de la section architecture à l’Académie française en 1895. La Société centrale lui décerne sa grande médaille en 1907. Il est chevalier puis grand officier de la Légion d’honneur. Il reçoit la médaille d’or du Royal Institute of British Architects (RIBA) en 1917.

Contenu du fonds

Le petit fonds d'archives conservé ne contient que trois projets, tous trois projets issus de commandes privées:

- immeuble pour M. Quettier à Lorient, 1888;

- immeuble pour MM. Labiche et Gréard, rue Guynemer à Paris 6e, 1891;

- maison pour M. Richardot à Charenton-Le-Pont, 1893.

Période couverte1888-1893
Importance matérielle12 tirages de plans.
Modalités d'entrée

Fonds déposé par le CNAM au centre d'archives de l'Ifa en septembre 1989.

Historique de la conservation

Le fonds a été donné au Centre de recherche et de documentation de l’histoire moderne de la construction, Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), à une date inconnue, avant 1989.

Lieu(x) de conservationCentre d'archives de l'IFA
Conditions de reproduction

Pas de conditions particulières.

Mentions obligatoires en cas de reproduction

En cas de publication d'un document, les mentions obligatoires sont «CNAM/SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d'agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l'obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d'archives).

Traitement archivistique

État du traitement

Inventaire complet

Forme de l'instrument de rechercheRépertoire en base de données
Accessibilité

Oui

Conditions d'accès

Il n'y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.

Historique du traitement

Marcos Carvalho-Canto : inventaire, août 2006.

Auteurs principaux Marcos Carvalho-Canto sous la direction de Sonia Gaubert
Chargé du suivi

Sonia Gaubert

Date de mise à jour2006-08-07
Organisation - Classement

Cotation et conditionnement:

122 Ifa 01-03 : pochettes de doc. à plat (jusqu'à 90x125 cm).

Éliminations

Aucune élimination n'a été pratiquée.

Autres sources

Archives de même origine

Musée d'Orsay. Monument à Gambetta sur le pont de la Concorde, Paris.

Centre historique des Archives nationales. Fonds Henri-Paul Nénot, 85 AJ (essentiellement les archives de l'agence de la Sorbonne, 700 documents environ; hôtel Meurice à Paris).

Autres références bibliographiques

Rivé (P). "La Sorbonne et sa reconstruction". Paris: DAAVP; La Manufacture, 1987.

"Tombeau [de Mlle Labiche au cimetière] de Béville", Revue générale d'architecture, 1887, t. XLIV, col. 171 - 172, pl. 53 - 54.

"Ecuries et remises à Lille", La Construction moderne, 1889-1890, p. 237, pl. 48.

Soilu (Henri), "Le monument Carnot". La Construction lyonnaise, n°2, 16 janv. 1896, p. 20-21.

"Monument commémoratif à Chartres", La Construction moderne, 1901-1902, p. 222, pl. 46.

"Le siège de la banque Dreyfus", L'Architecture, 1906, p. 92-93.

"L'hôtel Meurice", L'Architecture, 1908, p. 59-150, pl. 17-42

Tuotiop (A.). "A travers les grands chantiers: [hôtel particulier d'Edmond Gillet]", La Construction lyonnaise, n°7, 1er avril 1908, p. 74-75.

"Monument à Octave Gréard", L'Architecture, 1910, pl. 3.

"L'Institut océanographique", L'Architecture au XXe siècle, 3e série. Paris, 1910, pl. 77-81.

"L'Institut océanographique", L'Architecture, 1911, p. 71-75, pl. 21-22.

"L'Institut océanographique", L'Architecte, 1911, p. 4-5, pl. I-II

"L'Institut océanographique", L'Architecture, 1912, pl. 79.

"Villas et petites maisons au XXe siècle". Paris: Albert Morancé, [ca 1920]. 2 séries en 3 portef. d'éd., 100 pl., 50 pl. (phot.); 44,5 cm, t. 2, pl. 23-26 [hôtel particulier Edmond Gillet à Lyon].

Louvet (A.), "Paul-Henri Nénot (1853-1934)", L'Architecture, 1935, n° 7, pp. 241-244.

Favier (Jean), "Le Palais de la Société des nations à Genève", La Construction moderne, n°2, 10 oct. 1937, pp. 26-36.

Favier (Jean), "La rétrospective Paul-Henri Nénot (1853-1934)", La Construction moderne, n°32, 17 juil. 1938, pp. 527-531.

Haut de page Revenir en haut de la page