Illustration Archiwebture

Fiche descriptive

Fonds Perret, Auguste et Perret frères. 535 AP

Fiche descriptive d'une unité documentaire
EtiquetteContenu de champ

Présentation

Notice biographique

L'agence d'architectes et entreprise de travaux publics et particuliers Perret frères est composée d'Auguste Perret (1874-26 février 1954) et Gustave Perret (1876-1952), architectes, et de Claude Perret (1880-1960), entrepreneur.

Leur père, Claude-Marie Perret, fonde en 1882 une entreprise générale, qui devient Perret et fils en 1986, Perret frères en 1905. Sous cette raison sociale, c'est l'une des plus importantes agences de la première moitié du XXe siècle : avant la Seconde Guerre mondiale, sa notoriété internationale dépasse celle de Le Corbusier.

Tout au long de leur carrière – des années 1890 à 1954 –, Auguste et Gustave Perret poursuivent la recherche d'un nouveau classicisme, fondé sur l'usage du béton armé, matériau encore expérimental au début de la période. Ils en découvrent les possibilités grâce à leur activité d'entrepreneurs; Auguste Perret en est le principal théoricien français dans son enseignement et ses conférences.

Auguste et Gustave sont formés à l’Ecole des beaux-arts dans l’atelier Guadet. Elèves brillants, ils en sortent cependant sans diplôme en 1898.

leurs premières œuvres significatives sont l'immeuble 25 bis, rue Franklin (Paris 16e, 1903) et le garage de la rue de Ponthieu (Paris 8e, 1906). Appelés comme entrepreneurs pour la construction du théâtre des Champs-Elysées, ils reprennent le projet élaboré par Henry Van de Velde. Leur projet est exécuté en 1913, sur la base d’une ossature en béton armé apparente dans les poteaux de la salle. Ils approfondissent leur expérience dans une série de bâtiments industriels (docks de Casablanca en 1916, ateliers Esders en 1919, ateliers Marinoni en 1920, etc.). Leur maîtrise technique s'illustre brillamment en 1923 avec l’église du Raincy, surnommée la "Sainte-Chapelle du béton armé", et dans une série d'autres constructions, notamment l'église de Montmagny (1925), la tour d'orientation pour l'Exposition de la houille blanche de 1925 à Grenoble, l'église Saint-Joseph au Havre, 1949-1956.

Parallèlement, les Perret construisent des habitations, villas ou ateliers d'artistes (villa Cassandre, Versailles, 1924; ateliers d'artistes à Paris ou à Boulogne pour Chana Orloff, 1926, Braque, 1927, etc.). Ils ne cherchent pas à renouveler l'espace de la maison; comme dans leur immeuble-agence rue Raynouard (1930-1933), à l'allure classique, le travail porte sur l'exactitude des proportions et sur la décomposition systématique des murs en éléments portants et remplissage.

Pour le Mobilier national (1931), ils conçoivent un bâtiment unique autour d'une cour d'honneur fermée par une colonnade, donnant ainsi une fonction représentative à un édifice surtout utilitaire.

Avec le Musée des travaux publics (1937, aujourd'hui Conseil économique et social), ils parachèvent leur travail de formulation, définissant une sorte d'ordre architectural spécifique au matériau et réalisant l'idéal du "monument parfait" que définit Viollet-le-Duc dans sa lecture rationaliste du temple grec: la structure coïncide avec l'apparence, mettant la construction en représentation.

Autres œuvres importantes de l'entre-deux-guerres: théâtre de l'Exposition internationale de 1925, salle de musique de la rue Cardinet (salle Cortot) à Paris (1929), projets pour la Société des Nations (1927), pour le palais des soviets à Moscou (1931) et pour le palais du Trocadéro (1934).

Après la guerre, de 1945 à 1954, l'agence réalise encore quelques opérations importantes avec une dimension urbaine: la gare d'Amiens (1942-1958), le campus du CEA à Saclay (1948-1953) et surtout la reconstruction du Havre (1945-1960), qu'Auguste Perret dirige en tant qu'architecte en chef.

Auguste Perret est également professeur, chef d’atelier à l’Ecole des beaux-arts: il devient le chef de file d'une "école" très reconnaissable dans les années 1950 et 1960 en France et à l'étranger. Membre élu de l’Académie des beaux-arts, en 1942, il est le premier président de l'Ordre des architectes en 1941.

Contenu du fonds

Le fonds comprend l'ensemble des documents graphiques de l'agence, avec des ensembles remarquables de dessins d'école d'Auguste et de Gustave Perret, et des dossiers documentant les différentes phases de plus de 350 projets; certains projets sont représentés par plus de 1000 dessins (théâtre des Champs-Élysées, Service technique des constructions navales, usine SNECMA à Gennevilliers).

Sauf pour les projets les plus récents, les pièces écrites de l'agence sont généralement absentes. En revanche le fonds contient une très riche correspondance personnelle et professionnelle d'Auguste Perret, et un grand nombre de ses textes (aphorismes, textes d'articles, etc.), souvent manuscrits, et souvent restés inédits jusqu'en 2006 [édition par Ch. Laurent, Guy Lambert et Joseph Abram, Le Moniteur].

Le fonds comprend également une large couverture photographique des réalisations (très nombreuses photographies du studio Chevojon, également d'Albin Salaün, François Kollar, etc.).

Période couverte1889-1956
Importance matérielle35 ml de boîtes d'archives, 84 tiroirs de meubles à plans, 1 ml de rouleaux, 2,5 ml de boîtes de photographies.
Modalités d'entrée

Le fonds Perret a été divisé en deux parties en 1989: la plus grande, constituant le présent fonds, a été déposée par le CNAM en 1989 aux Archives nationales, qui l'ont déposée au centre d'archives de l'Ifa en octobre 1991. Un ensemble beaucoup plus réduit (maquettes, plaques de verre, ouvrages) est resté au CNAM, et est aujourd'hui conservé à la bibliothèque du CNAM (ouvrages) et au musée des Arts et métiers.

Historique de la conservation

Fonds donné par Mme Auguste Perret et Mme Denise Lagrange, fille de Gustave Perret, le 6 janvier 1956, au Centre de recherche et de documentation de l’histoire moderne de la construction, Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), et déposé par le CNAM aux Archives nationales en 1989 (contrat du 27 novembre 1989), puis par les Archives nationales à l'Ifa en 1991-1992.

Lieu(x) de conservationCentre d'archives de l'IFA
Conditions de reproduction

Les droits d'Auguste Perret ont été légués à l'Union française pour le sauvetage de l'enfance, et sont gérés par la SAIF, société d'auteurs.

Mentions obligatoires en cas de reproduction

En cas de publication d'un document, les mentions obligatoires sont «CNAM/SIAF/CAPA/Archives d'architecture du Xxe siècle/Auguste Perret/UFSE/SAIF/année», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d'agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l'obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d'archives).

Traitement archivistique

État du traitement

Inventaire complet

Forme de l'instrument de rechercheRépertoire en base de données
Accessibilité

Oui

Conditions d'accès

Pas de restriction juridique.

Pour des raisons de conservation, pour un grand nombre de projets, la consultation des documents graphiques se fait désormais sur écran (fichiers numériques haute résolution), uniquement sur place en salle de lecture.

Historique du traitement

Au CNAM, classement du fonds effectué au Centre de recherche et de documentation d'histoire moderne de la construction (CRDHMC) sous la direction de Jean-Baptiste Ache: référencement et inventaire des documents graphiques conservés à plat et de certaines photographies (pas d'autre intervention connue), à partir de 1959; intervenants et dates précises inconnus.

Aux Archives nationales (département Cartes et plans, sous la dir. de Nicole Felkay): reconditionnement des pochettes CNAM et description de l'ensemble du fonds par articles, index, intervenants inconnus, 1989-1991.

A L'Ifa,

- nouvel inventaire en vue de l'ouvrage "Les frères Perret, l'Œuvre complète" (Rosine Cohu, Sonia Gaubert, Réjean Legault, Simon Texier, avec le concours de Martine Fayet et Frédéric Chèvre), 1992-1999;

- reclassement en vue du microfilmage des documents graphiques (Hubert Lempereur, Bénédicte Chaljub et Marcel-Carlos Maudire), 1999-2000;

- finalisation, divers (Marcos Carvalho-Canto et Sonia Gaubert), 2003-2005;

- traitement des reproductions photo et fichiers numériques (Sonia Gaubert, 1er semestre 2005)

- préparation des cartes à fenêtre (issues du microfilmage) en vue de la numérisation (Jessica, société Grahal), 2006;

- révision de l'inventaire et reconditionnement en vue de l'accès aux documents numérisés (Stéphanie Goisbeault, société Grahal, 2008).

Auteurs principaux Rosine Cohu, Sonia Gaubert, Réjean Legault, Simon Texier, Martine Fayet, Frédéric Chèvre, 1992-1999; Hubert Lempereur, Bénédicte Chaljub et Marcel-Carlos Maudire, 1999-2000 sous la direction de Gilles Ragot, David Peyceré, Sonia Gaubert
Chargé du suivi

Gilles Ragot, David Peyceré, Sonia Gaubert

Date de mise à jour2004-05-01
Organisation - Classement

Le fonds a connu de nombreuses manipulations, puisqu’il a été consécutivement traité par quatre institutions: l’agence Perret, le CNAM, les Archives nationales et enfin, en plusieurs temps, l'Institut français d’architecture (puis Cité de l’architecture et du patrimoine; ci-dessous toujours "Ifa").

Les évolutions du référencement doivent être développées ici dans le détail, dans la mesure où chacune ajoute une strate au système actuel de cotation. Depuis 2008, on peut cependant considérer que les complexités qu'avaient ajoutées les interventions des Archives nationales (parfois impossible à intégrer dans un système de base de données) ont été supprimées au profit d'un système plus homogène reposant sur deux niveaux de référencement seulement: les cotes CNAM à la pièce, et un système de cotes aussi proche que possible du système standard du centre d'archives de l'Ifa.

I. HISTORIQUE DU CLASSEMENT

1. Référencement au CNAM, années 1960

Le CNAM a référencé et tamponné la quasi-totalité des documents graphiques conservés à plat ainsi qu’une sélection importante des photographies, en respectant rigoureusement l’état de classement initial du fonds.

Le système de cotation du CNAM intègre un identifiant de projet : constituée de 3 séquences, la cote comporte sucessivement deux chiffres indiquant l’année de début du projet (par exemple 38 pour 1938), puis un numéro d’ordre dans l’année de référence (par exemple 4 pour le 4e projet commencé dans l’année 1938), et enfin la séquence numérique (mais alphabétique ou alphanumérique pour les photographies) identifiant le document par rapport à l’ensemble des documents du projet. Exemple : CNAM 38-04-35 = 35e document du 4e projet commencé en 1938.

Ce référencement impliquait l’existence d'un inventaire pièce à pièce des documents cotés (documents graphiques et nombreuses photographies), mais le CNAM n'avait rien transmis de tel avec le fonds; ce n’est qu’en 1997 que Régis Marin, archiviste du CNAM, a retrouvé des listes dactylographiées de tous les documents graphiques référencés et décrits à la pièce (mais rien d'équivalent pour les photographies). Il semble en tout cas – à moins qu’une partie de l’inventaire ait été perdue – que les écrits, plans pliés et autres documents classés en boîtes n’ont jamais été décrits au CNAM.

2. Classement et cotation aux AN, 1989-1992

Recevant le fonds en dépôt du CNAM en 1989, les Archives nationales (service des Cartes et plans) ne semblent pas avoir touché à l’agencement des dossiers effectué par le CNAM. En revanche, les dossiers de documents graphiques ont été regroupés dans de grands portefeuilles cotés dans la sous-série 535 AP "fonds Perret" – comme l’ensemble des boîtes du fonds –, tous ces articles étant décrits de façon sommaire dans l’inventaire des AN. Les AN n’ont pas tenu compte des cotes CNAM (aucun rappel dans le corps de l’inventaire), et n’ont pas mis en question la définition des entités projets que ces cotes constituaient.

Les AN ont donc effectué la première cotation et description, sommaire mais complète, des boîtes d'archives.

3. Nouvel inventaire à l'Ifa, 1992-2000

Lorsqu'il a, à son tour, reçu le fonds en dépôt des AN en 1992, l’Ifa en a entrepris une lecture nouvelle, avec l’ambition d’en établir un catalogue raisonné. Jusqu'en 1996, l’inventaire devait être publié dans la collection «Archives d’architecture» (Architectural Archive Series) de Garland Publishing, où chaque document est illustré par une vignette. Une subvention de la fondation Getty a permis, entre 1993 et 1995, d’entreprendre des recherches approfondies auxquelles ont participé les documentalistes du Centre (Sonia Gaubert et Rosine Cohu) et plusieurs chercheurs et historiens.

Il s’agissait notamment de mettre en évidence la spécificité de ces archives, tout à la fois archives d’un architecte (Auguste Perret) et d’une entreprise (Perret frères), et de préciser la nature des interventions effectuées au sein de l’entreprise, qui parfois ressortissaient aux compétences d’un bureau d’études techniques en béton armé, parfois à celles d’un entrepreneur en construction. Ces distinctions n’avaient encore jamais été tentées, ce qui entraînait quelques confusions historiques. Désormais, Auguste et Gustave Perret sont qualifiés d'auteurs des œuvres dans les chapitres C («Projets datés») et D («Projets non datés»), mais non dans le chapitre E («Travaux de l’entreprise Perret»); l’entité Perret frères, dans les chapitres C et D, est citée tantôt en tant que BET, tantôt en tant qu’entreprise principale. On s’est également efforcé de clarifier quelques dossiers confus quant aux projets qu’ils documentaient et de rectifier certaines erreurs d’identification. Il demeure cependant quelques incertitudes (identifications douteuses).

Suivant ses usages, l’Ifa a entrepris de présenter le fonds selon une logique de projets, en informant au mieux ce niveau (noms des protagonistes, dates, lieux, programme, etc.). Enfin, on a tenté d’organiser les documents « hors projets » (« pièces personnelles ») en entités signifiantes et articulées. Si les dossiers écrits relatifs aux projets sont souvent lacunaires, le fonds s’est avéré d'une extrême richesse en documents illustrant le contexte socio-professionnel dans lequel évoluait l’agence, et les relations qu’Auguste Perret entretenait avec son milieu et son époque. On y trouve notamment une abondante correspondance et des dossiers de presse fournis.

Le travail de l’Ifa – réalisé par étapes et avec la participation de nombreux intervenants – a été compliqué par la contrainte d’abord imposée (comme dans les deux institutions précédentes) de respecter l’«intégrité du fonds» et les classements antérieurs, notamment afin de préserver l’organisation d’origine (possiblement signifiante) et de ne pas «perturber» les chercheurs qui avaient déjà consulté le fonds. La cotation 535 AP devait donc être conservée. Mais cette restitution intellectuelle d'une organisation logique (inventaire méthodique) à partir d’un fonds physiquement structuré autrement – et parfois complètement déstructuré – s'est révélée très délicate. Avant de publier l'inventaire méthodique («Les Frères Perret, l’Œuvre complète», éd. Norma, 2000), on a donc pris le parti de reclasser intégralement les boîtes d’écrits et de photographies, car la dispersion complète des documents se rapportant aux entités projets entraînait des lourdeurs, tant pour la gestion que pour la consultation, et des risques pour les documents.

Les cotes données aux boîtes d’archives aux AN (535 AP 101 à 350) ont alors été supprimées; ces boîtes portent aujourd’hui les cotes 535 AP 400 à 649 pour les écrits, 535 AP 650 à 675 pour les photographies. Les références 535 AP n'ont donc été préservées que pour les documents graphiques.

«L’Œuvre complète» fournit une table de concordance entre les anciens numéros CNAM (au niveau de l’identifiant projet), les références articles attribuées par les AN (sous-série 535 AP) et les "références projets" actuelles (en fait numéros de notices de "L’Œuvre complète").

4. Numérisation partielle et intégration à la base de données, 2000-2008

Ni l’inventaire ni la table publiés dans «L’Œuvre complète» ne sont plus aujourd’hui complètement valables. En effet, entre la parution de l'ouvrage (2000) et le présent inventaire, trois opérations importantes ont été menées :

a) En 1999-2000, en vue d'une opération de microfilmage et de numérisation portant sur la totalité des documents graphiques des projets principaux (une bonne centaine de projets, soit la plupart de ceux dotés d’une notice historique dans L’Œuvre complète), le contenu de chaque dossier de documents graphiques a été à nouveau décrit méthodiquement, en restituant au mieux la logique opérationnelle du projet; les documents correspondant à chaque alinéa descriptif ont été conditionnés dans des chemises (laissées à l’intérieur des dossiers d’origine). Ces chemises ont été dotées d'une référence constituée de deux séquences : numéro de projet (= numéro de notice dans «L’Œuvre complète» et dans l’inventaire actuel) + numéro de chemise par rapport au projet. Ce travail, qui ne portait que sur une sélection de projets, a créé une certaine hétérogénéité des descriptions dans l’actuel instrument de recherche (les descriptions des projets non concernés par l’opération correspondent toujours à celles publiées dans «L’Œuvre complète»).

b) En 2003-2004, l’ensemble de l’inventaire a été intégré dans la base de données ArchiVecture, ce qui a entraîné de nouvelles modifications des cotes, touchant les dossiers de documents graphiques (jusque-là sans changements depuis le classement des AN). Ces références, si elles permettaient de retrouver physiquement un dossier, n’avaient souvent pas le caractère d’univocité qu'exige une base de données. Le référencement adopté par les AN se faisait au niveau du conditionnement (un numéro de cote, par exemple 535 AP 1, désignait un portefeuille contenant plusieurs chemises CNAM, une ou plusieurs par projet). Dans l’inventaire publié («L’Œuvre complète»), l’Ifa avait déjà ajouté une séquence au numéro de sous-série (par exemple 535 AP 1/1) afin de distinguer les projets entre eux. Il pouvait y avoir dans un même portefeuille plusieurs dossiers concernant un même projet et donc plusieurs dossiers portant la même cote AP distingués par les cotes extrêmes de documents (cotes CNAM). On a donc créé un système de référencement uniforme, désignant chaque dossier de façon univoque, en modifiant la deuxième séquence du numéro de sous-série : par exemple la cote 535 AP 5/1 a été scindée en 535 AP 5/100, 535 AP 5/101, 535 AP 5/102, etc. Ces modifications ont été signalées systématiquement dans le champ Commentaires de l'Objet.

c) En 2008, le système de cotes des pochettes de documents graphiques a été radicalement simplifié:

- les chemises créées en 1999 sont devenues les "dossiers" et leurs numéros (jusque-là un niveau supplémentaire inférieur aux cotes) sont devenus les cotes d'archives proprement dites. Ce qui était la chemise 60/3 à l'intérieur du dossier 535 AP 4/4 (objet PERAU-60) est devenu la cote 535 AP 60/3, conformément au système de cotation en usage au centre d'archives de l'Ifa.

- les pochettes ont été rangées systématiquement dans l'ordre des projets, rectifiant quelques anomalies qui remontaient sans doute à des dossiers non classés ou déclassés dans l'agence Perret. Cependant, les formats des pochettes ont pris le pas sur la logique de projet: la plupart des pochettes ayant un format 50 x 65 cm (un demi-tiroir), toutes les pochettes plus grandes sont désormais rangées et cotées dans une série à part.

Il faut souligner que, malgré cette longue série d’interventions, les cotes d’origine des documents, c’est-à-dire celles données par le CNAM aux documents graphiques et à certaines photographies, ont été conservées. On a d’ailleurs systématisé ce référencement : ainsi, dans la nouvelle description de 1999, on a créé pour les documents graphiques non cotés de nouvelles «cotes CNAM» (c'est ce que signale, dans l’inventaire, la mention «documents cotés a posteriori»). De même pour les photographies, reconditionnées en 2004.

Il faut enfin mentionner l'intégration dans le fonds à l'Ifa en 2006 – avec statut de «Documentation annexe» – d'une centaine de photographies d'œuvres de Perret en provenance des studios Chevojon. Il s’agit, pour la plupart, de tirages récents de clichés déjà présents dans le fonds.

II. MESURES DE CONSERVATION; COTATION ET CONDITIONNEMENT

1. Le médiocre conditionnement des plans à plat – souvent pliés, dans de grandes pochettes – est resté celui réalisé par le CNAM (qui, avec des moyens limités, a permis la sauvegarde du fonds dans les années soixante), ou même, plus probablement, le conditionnement de l'agence Perret. Déplier l'ensemble des documents pour les conserver non pliés serait extrêmement cher et extrêmement risqué.

Cependant, quelques dizaines de documents ont été restaurés depuis 1995 et donc dépliés, en général sous une nouvelle cote en 535 AP 900 et au-delà (format tiroir standard) ou en 535 AP 800 et au-delà (format grand tiroir).

2. En 1999, un certain nombre de documents originaux jugés précieux (notamment des dossiers de correspondance, ou des croquis signés de noms connus) ont été mis à l’abri du vol, et remplacés dans les boîtes d’origine par des photocopies.

3. L’opération de microfilmage et de numérisation mentionnée plus haut avait pour objectif la fabrication d’un outil de consultation sur écran de tous les projets sélectionnés (les seuls couramment consultés), afin de préserver ces originaux mal conditionnés, déjà très sollicités par deux générations de chercheurs. Cet objectif pourra être atteint après les modifications de l'inventaire successives de 2004 et 2008, et sous réserve de créer un module de consultation.

Cotation et conditionnement:

- 535 AP 001-383 : pochettes de documents graphiques ou de photographies au format demi-tiroir (50 x 65 cm);

- 535 AP 400-612 : boîtes d'archives (jusqu'à 26 x 37 cm) (cotes vacantes : 535 AP 538, 539);

- 535 AP 650-666 : boîte(s) de doc. (jusqu'à 26 x 37 cm);

- 535 AP 700-711 : grands registres;

- 535 AP 750-752 : boîtes à rouleaux;

- 535 AP 780 : photographies (format 40 x 50 cm);

- 535 AP 800 à 815 : pochettes de doc. de très grand format (> 90 x 125 cm);

- 535 AP 900 à 948 : pochettes de documents de grand format (tiroir entier, < 90 x 125 cm).

Éliminations

Quelques tirages de plans en double.

Autres sources

Archives de même origine

Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du XXe siècle : fonds Auguste Perret (dépôt de l'Académie d’architecture), 339 AA (un dessin de la tour d’orientation pour l’Exposition de la houille blanche et du tourisme à Grenoble).

Musée des Arts et métiers à Paris: le CNAM a partagé le fonds Perret, lors du dépôt aux Archives nationales en 1989, selon les types de documents, et a déposé au musée des Arts et métiers les plaques de verre et les maquettes :

- fonds photographique: 2000 clichés stéréoscopiques de voyages et de chantiers; 1000 clichés de plans et de chantiers;

- maquette provenant de l'agence: église Saint-Benoît (Carmaux), vers 1938-1941;

- maquettes réalisées pour l'exposition de 1976: théâtre des Champs-Elysées (Paris 8e), salle Cortot (Paris 17e), église Notre-Dame (Le Raincy), hall des torpilleurs (Toulon);

- maquettes plates réalisées en 1976: atelier Chana Orloff (Paris 14e), atelier Mela Muter (Paris 15e), hôtel Bressy (Paris 16e), musée des Travaux publics, usine d’Issoire, maison Cassandre (Versailles).

Autres sources d'archives

La Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du XXe siècle a recueilli deux fonds de maîtres d'ouvrage de villas de Perret:

- fonds du Dr Périgord, 195 IFA (villa Périgord à Limoges);

- fonds Elias Awad bey, 371 IFA (villa Awad bey au Caire);

- nombreux dossiers dans les autres fonds (effectuer une recherche transversale dans ArchiWebture).

Yvelines. Musée Maurice-Denis: correspondance.

Publications à partir du fonds

Ache (Jean-Baptiste). "Catalogue de l'exposition organisée à l'occasion de la remise au Conservatoire du fonds Perret, 15 mars-12 avril 1959. Paris: CNAM, 1959.

Abram (Joseph.). "A. et G. Perret: une monographie. Première partie: Architecture, entreprise et expérimentation". Nancy: Ecole d'architecture de Nancy/LHAC, 1989 (rapport BRA).

"En Aulnoye jadis: articles sur Le Raincy...," n° 18, 1989. Publication de la Société historique du Raincy et du pays d'Aulnoye (SHRPA).

Fanelli (G.); Gargiani (R.). "Auguste Perret". Rome: Laterza, 1991.

Laurent (Christophe). "L'usine de la Société centrale des alliages légers à Issoire: un projet de l'agence Perret en partie réalisé". Clermont-Ferrand: Université Blaise-Pascal, 1993. 4 vol.

Gargiani (R.). "Auguste Perret: la théorie et l'œuvre". Gallimard; Electa, 1994.

Hamon (Françoise). "Autour de Perret: l'invention d'une station thermale en 1900". tiré à part de "2000 ans de thermalisme", actes du colloque Fac. lettres et sciences humaines, université Clermont II. Clermont-Ferrrand: Institut d'études du Massif central (coll. Thermalisme et civilisation), 1994.

"Répertoire raisonné du fonds A. et G. Perret". Ifa/Archives d'architecture du XXe siècle, n° spécial Colonnes, n° 7, déc. 1995.

"Paul Valéry et les arts". Actes Sud, 1995.

Bayard (Guillaume). "Grenoble: la Tour Perret hier, aujourd'hui et demain"/dir. Fr. Very. Ecole d'architecture de Grenoble, 1995 (travail de fin d'étude).

Laurent (Christophe). "Les écrits publics et les entrevues d'Auguste et Gustave Perret". Clermont-Ferrand: Université Blaise-Pascal, 1995 (mémoire de DEA). 3 vol.

Lambert (Guy). "Les frères Perret: une structure pluridisciplinaire: analyse d'un brevet d'invention (1920-1921)". université de Tours, 1996 (mémoire de maîtrise, dir. J.-B. Minnaert). 2 vol.

"Beton Atlas: entwerfen mit Stahlbeton im Hochbau". Institut für international Architektur Dokum.; Beton-Verlag, 1995.

"Patrimoine restauré, Ile-de-France", n° 2, sept. 1996 (thème du numéro: "Seine-Saint-Denis: restauration de l'église Notre-Dame du Raincy").

Cohen (Jean-Louis) (dir.). "Les années trente: l'architecture et les arts de l'espace entre industrie et nostalgie", catalogue d'exposition organisée par la direction du Patrimoine, le musée des Monuments français, la RMN. Paris: CNMHS; éditions du Patrimoine, 1997.

Doutriaux (Emmanuel), Vermandel (Frank) (dir.). "Le Nord de la France, laboratoire de la ville; trois reconstructions: Amiens, Dunkerque, Maubeuge", catalogue de l'exposition présentée à l'Espace Croisé, à Lille, janv.-avril 1997, Lille: Espace Croisé, 1997.

Freigang (Christian). "Auguste Perret, die Architekturdebatte und die konservative Revolution in Frankreich im ersten Drittel des 20. Jahrhunderts". Université de Göttingen, 1998 (thèse d'habilitation).

Abram (Joseph). "Le Palais d'Iéna d'Auguste Perret". Paris: éditions du Patrimoine, n.d. [1999].

Bay (Barbara). "L'architecte face à la modernité dans les années vingt et les années trente: Perret et Le Corbusier". Strasbourg: université Marc-Bloch, 1999 (mémoire de maîtrise d'histoire de l'Art/dir. Laurent Baridon).

"Les Frères Perret, l’œuvre complète: Les archives d'Auguste (1874-1954) et Gustave (1876-1952) Perret, architectes-entrepreneurs"/dir. Maurice Culot, David Peyceré et Gilles Ragot, Sonia Gaubert. Paris: Norma, Ifa, 2000.

"Les Bâtisseurs de la modernité: 1940-1975"/préf. Jean-François Leroux-Dhuys; introd. Bernard Marrey. Paris: Le Moniteur et AMO, 2000.

Britton (Karla). "Auguste Perret". Londres: Phaidon, 2001.

"A. et G. Perret: Le Théâtre des Champs-Elysées 1913". Paris: Jean-Michel Place, 2001 (coll. "Architecture/Archives"; n° 5).

Barot (Sylvie) (dir.); Chauvin (Elisabeth), Haudiquet (Annette), Maubant (Christiane). "Les Bâtisseurs: l'album de la reconstruction du Havre". Bonsecours, Le Havre: Point de vue, Musée Malraux, 2002.

Cohen (Jean-Louis), dir.; Abram (Joseph); Lambert (Guy). "Encyclopédie Perret", Paris: Monum, Editions du patrimoine, Ifa, Le Moniteur, 2002.

"Lefebvre (Véronique). "Au cœur de la matière: 50 ans de recherches au CEA de Saclay". Paris: Le Cherche-Midi, 2002.

Knapp (Danielle). "Auguste Perret, Marguerite Huré jusqu'à la sereine délectation". Darnétal: Petit à Petit, 2002.

Lapierre (Eric), dir. "Identification d'une ville: architectures de Paris". Paris: Picard, 2002 (catalogue de l'exposition présentée au Pavillon de l'Arsenal).

"Le Corbusier. Lettre à ses maîtres I: lettres à Auguste Perret", éd. par Marie-Jeanne Dumont. Paris: Le Linteau, 2002.

Stock (Wolfgang Jean). "Europäischer Kirchenbau (European church architecture): 1950-2000". Munich: Prestel, 2002.

Woronoff (Denis). "La France industrielle: Gens des ateliers et des usines (1890-1950)". Paris: Editions du Chêne, 2003.

Delemontey (Yvan). "Perret et la trame au Havre: du chantier à la forme urbaine". Paris: Ecoles d'architecture de Paris-Belleville, Paris-La Villette, Paris-Malaquais, Versailles; Institut français d'urbanisme (université Paris VIII), 2003.

Freigang (Christian). "Auguste Perret, die Architekturdebatte und die konservative Revolution in Frankreich 1900-1930". Munich, Berlin: Deutscher Kunstverlag, 2003.

Britton (Karla). "Auguste Perret". Paris: Phaidon, 2003.

Pace (Sergio), Rosso (Michela), dir. "Un maestro difficile: Auguste Perret e la cultura architettonica italiana", avec la réédition de Rogers (Ernesto), "Auguste Perret". Turin: Galleria civica d'arte moderna e contemporanea (GAM), 2003.

Lucas (Marie). "La Photographie amateur dans le milieu de l'architecture: l'exemple des frères Perret et de Paul Guadet: 1873-1954". Paris: CNAM, 2004 (mémoire de DEA, dir. Laurence Lestel, Marie-Sophie Corcy).

Andia (Béatrice de), dir. "Les musées parisiens: histoire, architecture et décor". Paris: Action artistique de la ville de Paris, 2004.

Coret (Noël), dir. "L'art en effervescence: 100 ans de Salon d'automne 1903-2003". Paris: Casta Diva éditions d'Art, 2004.

Delemontey (Yvan). "La reconstruction du Havre: Perret face à l'industrialisation de la construction", Faces, n° 57, 2004/2005, p. 58-61.

Alonzo (Eric). "Du rond-point au giratoire". Marseille: Parenthèses/éd. du Certu, 2005.

Cohen (Jean-Louis). "Le Corbusier: la planète comme chantier". Paris: Textuel, 2005 (coll. "Passion").

Desmoulins (Christine). "25 musées". Paris: AMC - Le Moniteur, 2005. 160 p., ill. noir et coul. (coll. "25 réalisations").

Simonnet (Cyrille). "Le béton: histoire d'un matériau, économie, technique, architecture". Marseille: Parenthèses, 2005.

Loupiac (Claude). "La ville, entre représentations et réalités". Paris: Scérén/CNDP, 2005 (coll. "Patrimoine/références").

Texier (Simon). "Paris contemporain: de Haussmann à nos jours, une capitale à l'ère des métropoles". Paris: Parigramme, 2005.

Danchev (Alex), "Georges Braque: a life". Londres: Penguin books, 2005.

Lleo (Blanca). "Sueño de habitar". Barcelone: Gustavo Gili, 2005.

Perret (Auguste). "Anthologie des écrits, conférences et entretiens" [documents réunis et présentés par Ch. Laurent, Guy Lambert et Joseph Abram]. Paris: Le Moniteur, 2006 (coll. "Architextes").

"L'Eglise Notre-Dame du Raincy : Architecte Auguste Perret". Un film de Juliette Garcias (DVD). Paris : Les Films d'ici, Arte, 2010 (coll. Architectures).

Isabelle Soing, "Le Paris de Perret", "Maison Magazine",

n° 274, novembre-décembre 2010, p. VIII-XI.

"Chapelle de la Colombière selon Auguste Perret". Brochure accompagnant l'exposition présentée à l'Espace Patrimoine de Chalon-sur-Saône, du 30 mai au 30 septembre 2012. Chalon-sur-Saône : Ville de Chalon-sur-Saône, 2012.

Autres références bibliographiques

Avant 2002, voir l'importante bibliographie publiée dans "L'Encyclopédie Perret" (Monum, 2002).

"L'invention du béton armé. Hennebique 1890-1914; Les Frères Perret". Regensburg: Schnell + Steiner, 2002 (Journal für Kunstgeschichte, pp. 66-68).

"Le conseil économique et social en direct: missions, composition et travaux". Paris: Jean-Pierre Kalfon, 2003. Etienne-Steiner (Claire). "Le Havre: un port, des villes neuves". Paris: monum, éd. du patrimoine, 2006. (coll. "Cahiers du patrimoine").

Haut de page Revenir en haut de la page

Sélection de documents appartenant au fonds En cas de reproduction