Illustration Archiwebture

Fiche descriptive

Fonds Subes, Raymond (1891-1970). 006 Ifa

Fiche descriptive d'une unité documentaire
EtiquetteContenu de champ

Présentation

Notice biographique

Raymond Subes est né à Paris le 13 avril 1891 et mort à Étampes le 31 janvier 1970. C'est l'un des plus importants ferronniers d'art français du XXe siècle.

Il suit les cours de l'école Boulle en ciselure, puis ceux de l'école des Arts décoratifs avec Charles Genuys. En 1911, il travaille trois ans dans l'atelier du ferronnier d'art Émile Robert, où il acquiert une grande expérience technique, et prend la succession de celui-ci comme directeur artistique des ateliers Borderel et Robert en 1919 (Borderel est une entreprise de charpenterie métallique située rue Damrémont, Paris 18e). Subes finira président-directeur général de la société à responsabilité limitée Borert (par contraction de "Borderel" et "Robert").

Dans son œuvre, Raymond Subes allie la technique de la forge traditionnelle aux méthodes modernes. Sa conception de la ferronnerie s'articule en deux idées maîtresses: la fonction architecturale du fer forgé et son utilisation fonctionnelle. Il n'hésite pas à employer simultanément plusieurs matériaux: d'abord le fer forgé, parfois le bronze et le cuivre, auxquels s'ajoutent, dans les années 1930, l’aluminium, l’acier oxydé et l'acier laqué. À l'Exposition de 1925, en dehors d'ouvrages de ferronnerie tels que grilles ou rampes, il présente, avec Jacques-Émile Ruhlmann, dans le cadre du salon du Collectionneur, une bibliothèque métallique aux surfaces de tôle embouties et laquées.

Subes répond à des commandes d’État importantes pour les transatlantiques Île-de-France en 1927, Atlantique en 1931, Normandie en 1935, Liberté en 1950, et enfin pour le France en 1962.

Il travaille pour la Banque de France sur les Champs-Élysées, l’institut Pasteur, la Caisse des dépôts et consignations et le musée de la France d'outre-mer, porte Dorée (Paris 12e, 1931).

En collaboration avec Porteneuve, il produit des meubles en métal chromé, et participe à la construction métallique de certains ponts.

Il faut encore signaler les ferronneries de l'église Saint-Louis de Vincennes (1912-1927, Jacques Droz et Joseph Marrast architectes), les grilles de l'église Saint-Pierre à Roye (Somme, 1931-1933, reconstruction par Charles Duval et Emmanuel Gonse), les grilles du baptistère de l'église Saint-Jean-Bosco, Paris 20e (1933-1937, Rotter architecte), la croix couronnant le clocher de l'église Saint-Louis à Villemomble (1926, Paul Tournon architecte), la grille d'entrée de l'église Sainte-Thérèse à Élisabethville (1927-1928, Paul Tournon architecte), ainsi que les grilles de chœur de la cathédrale de Rouen (vers 1950) et de l’église Saint-Germain-des-Prés, Paris 6e.

Dans les années soixante, les ateliers Borderel et Robert doivent quitter Paris et sont transférés à Saint-Denis. Raymond Subes remplace l'atelier de la rue Damrémont par un immeuble, et crée à l'occasion la SA immobilière Borert. L'usine de Saint-Denis fait faillite après son décès.

Contenu du fonds

Le fonds se compose de plusieurs centaines des dessins de ferronneries (menuiseries, lustres, mobiliers, etc.), de documentations, de correspondance. Quelques photographies, dues en très grande majorité au photographe Marius Gravot et provenant du fonds Laprade, illustrent une trentaine de projets dont une vingtaine ont été identifiés. De très nombreuses autres photographies n'ont pas encore été intégrées au repérage du fonds.

Période couverte1927-1965
Importance matérielle34 ml de dossiers, 23 tiroirs de meubles à plans, 1,5 ml de rouleaux, 10 ml de plaques de verre.
Issu du fonds

Laprade, Albert (1883-1978)

Modalités d'entrée

Les archives ont été données en 2014 par la famille de Raymond Subes au Service interministériel des archives de France.

Une boîte de photographies provient du fonds Laprade (voir le champ Historique de la conservation).

Historique de la conservation

Les archives ont été conservés par la famille au domicile de Raymond Subes rue Las Cases, Paris 7e; il a été donné en 2014 au Service interministériel des archives de France.

Une boîte de photographies provient du fonds Lefort, lui-même extrait du fonds Laprade. Celui-ci a été déposé par la famille Laprade à l'Ifa en 1981 (dans les années 1980-1982, la famille a réparti les archives entre plusieurs institutions : ENSBA, Archives nationales, Académie d’architecture et Ifa), et a été réuni en 1998 au fonds Laprade des Archives nationales, à l'exception des éléments qui en avaient été extraits pour constituer les fonds Lefort, Redon, Sergent et Subes.

Lieu(x) de conservationCentre d'archives de l'IFA
Conditions de reproduction

Pas de conditions particulières.

Mentions obligatoires en cas de reproduction

En cas de publication d'un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d'agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l'obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d'archives).

Traitement archivistique

État du traitement

Inventaire partiel

Forme de l'instrument de rechercheRépertoire en base de données et complément en traitement de texte
Accessibilité

Partielle ou sous réserve

Conditions d'accès

Il n'y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.

Les photographies et les plaques de verre ne sont pas communicables en l'absence de traitement et d'inventaire.

Historique du traitement

Emilie Guillier, documentaliste (avec la participation de Karine Blanc, chercheuse, qui a contribué à l'identification de certains bâtiments) : inventaire de la boîte 6 IFA 001, février 2003.

Franck Delorme et David Peyceré, puis Manon Scotto (stagiaire, janvier-mai 2016) : repérage du fonds donné en 2015 et 2016 par la famille de Raymond Subes.

Auteurs principaux Franck Delorme, David Peyceré, Emilie Guillier sous la direction de Franck Delorme, Sonia Gaubert
Chargé du suivi

Franck Delorme, Sonia Gaubert

Date de mise à jour2015-04-29
Organisation - Classement

Le numéro 6 IFA attaché à ce fonds s'explique en raison d’un petit nombre de photos (une seule boîte d’archives) extraites en 1981 du tout premier fonds d’archives reçu, celui d’Albert Laprade. Cet ensemble est décrit pièce à pièce en base de données.

Le reste des archives est au mieux seulement repéré. Les photos ne le sont pas du tout, et les plaques de verre sont seulement rangées dans des boîtes numérotées, sans identification.

La partie qui est décrite systématiquement comprend les documents à plat et roulés (6 IFA 1-160, 301-306, 501-511), les dossiers et les publications 6 IFA 201-216).

Dans l'état actuel, provisoire, du classement, plusieurs séries de numéros sont données parallèlement à des conditionnements différents.

Cotation et conditionnement :

6 IFA 001 : photos issues du fonds Laprade.

6 IFA 001-164 : pochettes de documents à plat.

6 IFA 201-216 : boîtes d'archives format 30 x 39 cm.

6 IFA 301-306 : boîtes de plans roulés.

6 IFA 501-511 : boîtes plates (jusqu'à 55 x 65 cm).

6 IFA 601-608 : documents encadrés

Complément 2015, caisses 1 à 11 : 11 caisses d'archives contenant des photographies (non classées).

Complément 2016, boîtes 001-044 : plaques de verre de grand format.

Complément 2016, boîtes 051-061 : boîtes d'archives format 30 x 39 cm (négatifs et tirages; dossiers).

Complément 2016, boîtes 101 à 136 : plaques de verre de grand format.

Éléments non numérotés : 6 boîtes d'archives, une boîte contenant des maquettes, cartons à dessins en tiroirs de meuble à plans (9 tiroirs).

Éliminations

Aucune élimination n'a été pratiquée.

Autres sources

Autres sources d'archives

Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du XXe siècle: voir les fonds des architectes ayant collaboré avec R. Subes (recherche dans l'index).

Autres références bibliographiques

Art et décoration: 1924, p.156; 1934, p.139-148.

Subes (Raymond). "Les arts décoratifs. La ferronnerie d'art du XIe au XIXe siècles". Paris: [s.n.?], 1928.

Subes (Raymond). "R. Subes. Ferronnerie moderne, un choix des réalisations récentes de maîtres ferronniers". Paris : Vincent, Fréal et Cie, 1948.

Gauthier (Maximilien). "Raymond Subes". Paris : Les Gémeaux, 1949.

"Saint-Gobain, le nouveau siège à Neuilly-sur-Seine". Présentation de André Aubert,…". Montrouge: Draeger Frères, 1961.

"Raymond Subes, ferronnier". Paris: Vincent et Fréal, 1961.

Lemoine (Bernard), Rivoirard (Philippe). Paris, l’architecture des années trente. Paris: Délégation à l’action artistique de la ville de Paris ; Lyon: La Manufacture, 1987.

Haut de page Revenir en haut de la page

Sélection de documents appartenant au fonds En cas de reproduction

Documents liés au fonds