Illustration Archiwebture

Fiche descriptive

Fonds Atget, Eugène (1857-1927). 039 Ifa

Fiche descriptive d'une unité documentaire
EtiquetteContenu de champ

Présentation

Notice biographique

Jean-Eugène Auguste Atget est né le 12 février 1857 à Libourne (Gironde), d'un couple d'artisans de la banlieue parisienne. Orphelin à l'âge de cinq ans, il est élevé par ses grands-parents. Il s'embarque très tôt comme mousse dans la Marine marchande.

Il s'installe à Paris en 1878 et commence une carrière d'acteur. Dix années plus tard, victime d'une affection des cordes vocales, il est contraint d'abandonner la pratique du théâtre, mais continue à s'y intéresser activement (de 1904 à 1913, il donne plusieurs conférences sur le théâtre…).

Pratiquant en parallèle peinture et photographie, il se décide vers 1890 à devenir photographe professionnel, et il se spécialise dans les "Documents pour artistes". Il entreprend de décrire la vie quotidienne à Paris et, en particulier, de représenter les petits métiers en voie de disparition.

Dès 1897, époque où la sauvegarde du vieux Paris devient une cause, Atget commence ainsi à photographier les quartiers anciens de la capitale. Après quelques succès commerciaux (il vend aux institutions publiques dès 1898), Atget va développer méthodiquement son travail : il photographie systématiquement et par séries cours, escaliers, églises, hôtels particuliers, éléments décoratifs de façades, bref, tout ce qui à ses yeux présente un intérêt artistique et historique. Le photographe élargit aussi son champ d’investigation aux environs de Paris (notamment Versailles, Sceaux, Saint-Cloud).

Si, jusqu'à 1912, Atget se présente encore comme "artiste dramatique", il se donne alors le titre d’"auteur-éditeur d’un recueil photographique du vieux Paris".

À partir de 1910, il commence à regrouper ses séries ou sous-séries en albums, d'abord pour des raisons pratiques mais aussi avec l'espoir de les faire publier : ces projets d'édition ne verront jamais le jour.

Les institutions telles que la Bibliothèque nationale ou la Bibliothèque historique de la ville de Paris (BHVP), à partir de 1907, perçoivent l'intérêt documentaire d'une telle collection et achètent ses photographies par milliers (on estime que sur une période d'une vingtaine d'années près de 20 000 clichés auraient été acquis par les collections publiques).

Malgré son illustre clientèle d'artistes (Braque, Derain, Utrillo, Vlaminck, Dunoyer de Segonzac, Foujita...), la situation financière d'Atget est précaire, particulièrement durant et après la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il cesse progressivement de photographier jusqu'aux années 1920.

C'est peu avant sa mort, dans la misère, le 4 août 1927, que les surréalistes, notamment Man Ray grâce à son assistante Berenice Abbott, découvrent son œuvre. Elle écrit au sujet d'Atget: "On se souviendra de lui comme d'un historien de l'urbanisme, d'un véritable romantique, d'un amoureux de Paris, d'un Balzac de la caméra, dont l'œuvre nous permet de tisser une vaste tapisserie de la civilisation française."

Contenu du fonds

Le petit fonds conservé à l’Ifa est constitué de 64 épreuves photographiques virées à l’or, sur papier mince, probablement produites par Atget lui-même. Ces photographies, représentant pour la plupart des vues d’hôtels particuliers parisiens, se trouvaient dans les archives de Louis Bonnier, architecte voyer de la ville de Paris: il s’agissait certainement pour Bonnier d’un ensemble documentaire, tel qu’il pouvait logiquement le constituer et l’utiliser dans ses fonctions (Atget travaillait à partir de 1907 pour la Bibliothèque historique de la ville de Paris).

On ne connaît pas la date de ces images, qui d’après leur numérotation sont cependant antérieures à 1914. À l’occasion d’une exposition en 2000, on a pu les comparer avec la collection de la Bibliothèque nationale de France, et constater la très bonne qualité des épreuves de l’Ifa, bien tirées et bien conservées.

Elles ont été intégralement reproduites (ektachromes) et sont consultables sous cette forme.

Période couverteAvant 1914
Importance matérielle64 épreuves photographiques virées à l'or.
Issu du fonds

Bonnier, Louis (1856-1946)

Modalités d'entrée

Les photos ont été extraites du fonds Bonnier, donné à la direction des Archives de France et déposé au centre d'archives de l'Ifa par la petite-fille de Louis Bonnier en décembre 1984.

Lieu(x) de conservationCentre d'archives de l'IFA
Conditions de reproduction

Pas de conditions particulières.

Mentions obligatoires en cas de reproduction

En cas de publication d'un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d'agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l'obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d'archives).

Traitement archivistique

État du traitement

Inventaire complet

Forme de l'instrument de rechercheRépertoire en traitement de texte
Accessibilité

Attention. Oui

Conditions d'accès

Attention. Il n'y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.

Attention. Communication des reproductions uniquement.

Historique du traitement

Dominique Delaunay (photographe à l'Ifa), n.d. (avant 1989) : version "catalogue" de l'inventaire.

Auteurs principaux Dominique Delaunay
Date de mise à jour1990-04-15
Organisation - Classement

Chaque épreuve est numérotée (numérotation d'origine).

Les références qui apparaissent dans l'inventaire (N°d'inventaire) ne sont pas des cotes de dossiers (ou article = unité matérielle de conditionnement), mais les identifiants des unités documentaires.

Ces références sont constituées du numéro du fonds (39), suivi d'un numéro d'ordre.

Éliminations

Aucune élimination n'a été pratiquée.

Autres sources

Archives de même origine

En France :

- Musée Carnavalet, Paris: env. 5900 tirages;

- Service des archives photographique du patrimoine au Fort de Saint-Cyr (et CNMHS à Paris): près de 4700 clichés (négatifs);

- Bibliothèque nationale, département des estampes et de la photographie: plus de 4000 tirages ;

- Bibliothèque de l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris: env. 1663 tirages;

- Bibliothèque du Musée des arts décoratifs, Paris: env. 1600 tirages;

- Bibliothèque historique de la ville de Paris (BHVP);

- Bibliothèque interuniversitaire d'art et d'archéologie (fondation Jacques Doucet);

- Bibliothèque de l'Arsenal;

- Musée des monuments français;

- Musée d'Orsay;

- Musée de l'Ile-de-France.

A l'étranger :

- Musée d'Art moderne de New York: env. 1300 clichés (négatifs) et 4000 tirages;

- George Eastman House à Rochester.

Publications à partir du fonds

"Archives d'architecture du XXe s.". Paris: IFA/Archives d'architecture du XXe siècle; Liège: Mardaga, 1991.

Autres références bibliographiques

"The Word of Atget". Londres: Gordon Fraser GF., 1982-1984 (3 vol.).

"Eugène Atget". Milan: Centre national de la photographie, 1989. (coll. Photo poche).

"Atget Paris"/présent. L. Beaumont-Maillet. Paris: Hazan, 1992.

"Eugène Atget"/Centre national de la Photographie, collections du Musée Carnavalet. Paris: Photo-Poche, 1984.

"Richard Wentworth, Eugène Atget: faux amis"/publ. à l'occasion de l'exposition du même titre par Peter Ackroyd, Geoff Dyer and Kate Bush. Londres: The Photographer's Gallery, Lisson Gallery, 2001.

Sartre (Josiane). "Atget: l'art décoratif". Paris: Flammarion; UCAD, 2002.

Haut de page Revenir en haut de la page

Sélection de documents appartenant au fonds En cas de reproduction

Vue de la rue Hautefeuille, Paris 6e, n.d. (cliché Eugène Atget).

Vue de la rue Hautefeuille, Paris 6e, n.d. (cliché Eugène Atget). (39-01)

La Folie Leprêtre-Denenbourg, bd d’Italie, Paris 13e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

La Folie Leprêtre-Denenbourg, bd d’Italie, Paris 13e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-02)

Avant 1914. Impasse de la Baudoirie, rue de Venise, quartier Saint-Merri, Paris 4e : vue d'ensemble, n.d. (cliché Eugène Atget).

Avant 1914. Impasse de la Baudoirie, rue de Venise, quartier Saint-Merri, Paris 4e : vue d'ensemble, n.d. (cliché Eugène Atget). (39-07)

N.D. Impasse Salembière, Paris 5e : vue depuis la rue Séverin, n.d. (cliché Eugène Atget).

N.D. Impasse Salembière, Paris 5e : vue depuis la rue Séverin, n.d. (cliché Eugène Atget). (39-09)


Hôtel La Valette, quai des Célestins, Paris 4e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel La Valette, quai des Célestins, Paris 4e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-10)

Hôtel Gouffier, 56, rue de Varenne, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel Gouffier, 56, rue de Varenne, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-11)

Hôtel Gouffier, 56, rue de Varenne, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel Gouffier, 56, rue de Varenne, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-11)

Hôtel du Duc d’Aumont, 7, rue de Jouy, Paris 4e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel du Duc d’Aumont, 7, rue de Jouy, Paris 4e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-16)


Hôtel du Prat Dauroy, 58, rue de Varenne, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel du Prat Dauroy, 58, rue de Varenne, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-18)

Rue de Birague, place des Vosges, Paris 4e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Rue de Birague, place des Vosges, Paris 4e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-19)

Hôtel Mascarini, 83 rue Charlot, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel Mascarini, 83 rue Charlot, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-20)

Hôtel de Turenne, 54, rue de Turenne, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel de Turenne, 54, rue de Turenne, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-21)


Hôtel d’Ecquevilly, 60, rue de Turenne, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel d’Ecquevilly, 60, rue de Turenne, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-22)

Hôtel d’Ecquevilly, 60, rue de Turenne, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel d’Ecquevilly, 60, rue de Turenne, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-22)

Hôtel de Beauffremont, 87, rue de Grenelle, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel de Beauffremont, 87, rue de Grenelle, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-23)

Hôtel Maigret, 106, rue Vieille-du-Temple, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel Maigret, 106, rue Vieille-du-Temple, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-24)


Hôtel de la Tour-du-Pin, 75, rue Vieille-du-Temple, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel de la Tour-du-Pin, 75, rue Vieille-du-Temple, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-25)

Hôtel de Choisy, 8, rue Barbette, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel de Choisy, 8, rue Barbette, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-26)

Musée de la Légion d’honneur, quai d’Orsay et 64, rue de Lille, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Musée de la Légion d’honneur, quai d’Orsay et 64, rue de Lille, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-27)

Musée de la Légion d’honneur, quai d’Orsay et 64, rue de Lille, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Musée de la Légion d’honneur, quai d’Orsay et 64, rue de Lille, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-27)


1902. Hôtel de Beauvais, 68 rue François-Miron, quartier Saint-Gervais, Paris 4e : vue de la cour intérieure, n.d. (cliché Eugène Atget).

1902. Hôtel de Beauvais, 68 rue François-Miron, quartier Saint-Gervais, Paris 4e : vue de la cour intérieure, n.d. (cliché Eugène Atget). (39-28)

Hôtel de Cosnac, 33, rue de l’Université, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel de Cosnac, 33, rue de l’Université, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-30)

Pavillon du Hanovre, 33, bd des Italiens, Paris 9e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Pavillon du Hanovre, 33, bd des Italiens, Paris 9e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-31)

Hôtel Dodun, 21, rue de Richelieu, Paris 1er : vue int., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel Dodun, 21, rue de Richelieu, Paris 1er : vue int., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-33)


Hôtel de Gouthières, 6, rue Pierre-Bulet, Paris 10e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel de Gouthières, 6, rue Pierre-Bulet, Paris 10e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-35)

Hôtel d’Argenson, 101, rue de Grenelle, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel d’Argenson, 101, rue de Grenelle, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-43)

Hôtel du baron Gérard, 2, rue Rabelais, Paris 8e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel du baron Gérard, 2, rue Rabelais, Paris 8e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-46)

Ambassade d’Italie, 73, rue de Grenelle, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Ambassade d’Italie, 73, rue de Grenelle, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-47)


Pavillon rue de la Ville-l’Évêque, 16, rue de la Ville-l’Évêque, Paris 8e vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Pavillon rue de la Ville-l’Évêque, 16, rue de la Ville-l’Évêque, Paris 8e vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-48)

Hôtel de Vendôme, 3, rue Béranger, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel de Vendôme, 3, rue Béranger, Paris 3e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-49)

Hôtel de Conflans, 24, rue de l’Université, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget).

Hôtel de Conflans, 24, rue de l’Université, Paris 7e : vue ext., n.d. (cliché Eugène Atget). (39-50)


Documents liés au fonds